L’actualité démystifiée: Je ne vous parlerai pas de politique

0
975
bandeau-COOPSCO-final_01

L’été tire sa révérence et je n’ai d’autres choix que de dépoussiérer mon vieil ordinateur portable dans la chaleur accablante d’un appartement mal aéré. Je vous l’avoue, la paresse estivale s’est emparée de moi et j’ai à peine suivi d’une oreille les faits marquants du début de la plus longue campagne électorale n’ayant jamais eu lieu au Canada. Je ne vous parlerai donc pas de politique.

Étudiants, étudiantes, qui, parmi vous, n’a jamais procrastiné l’étude d’un examen ou la rédaction d’un travail en regardant avidement une des nombreuses séries télévisées qui pullulent désormais gratuitement (et illégalement) le web? Parmi ces séries télévisées, s’il y en a bien une qui a su trouver son public chez les étudiants, c’est How I met your mother.

Barney Stinson est l’un des personnages télévisés préférés des jeunes adultes. Qui n’a pas déjà éclaté de rire en découvrant une de ses nombreuses façons d’appâter les femmes? J’entends déjà vos cerveaux bouillir de plaisir en repensant au Playbook, ce fameux livre, écrit de la main de Barney, supposé enseigner aux hommes de quelles façons ils peuvent réussir à conquérir la gent féminine.

Croyez-le ou non, ce livre existe bel et bien et pas seulement dans le New York de Ted Mosby. Dans le monde réel, toutefois, l’idée est déjà beaucoup moins drôle et d’autant plus dérangeante.

Roosh World Tour s’arrête à Montréal

Roosh V, ça vous dit quelque chose? Bienheureux celui qui répondra non à la précédente question. Pour le plaisir d’apprendre à le connaitre (mais surtout pour vous en faire un portrait), voici deux courtes citations tirées de son blogue (www.rooshv.com). Notez, toutefois, que les traductions sont libres:

«Modern women are too broken, unreliable, and narcissistic to be give men anything reliable besides fornication.» (Les femmes modernes sont trop brisées, peu fiables et narcissiques pour donner quoi que ce soit d’autre que des relations sexuelles aux hommes).

«I’ll tell you what love is: when a girl begs you to keep going even though you know she already came, even though she’s drying up, and even though you know it’s causing her pain.» (Je vais vous dire ce qu’est l’amour: quand une fille te supplie de continuer même si elle a déjà atteint l’orgasme, même si elle n’est plus lubrifiée et même si elle a mal).

Non seulement Roosh V tient-il un blogue dans lequel il se permet de donner son avis sur les relations humaines et  sur la nature des femmes, mais il est aussi l’auteur de Bang. The pickup bible that helps you get more lays. Il a également récemment commencé une tournée mondiale pour enseigner des moyens d’obtenir des faveurs sexuelles du plus grand nombre de femmes possibles aux hommes de toutes origines.

Sa venue à Montréal a généré un important scandale alors que le maire lui-même a affirmé que le conférencier n’était pas le bienvenu à Montréal et que l’opposition féministe n’a pas tardé à se faire entendre.

Malgré l’annulation de la location de sa salle par l’hôtel où la conférence devait être tenue, il semblerait que l’évènement ait néanmoins eu lieu dans un endroit gardé secret.

Quand commence et se termine la liberté d’expression?

Place au débat

Quand commence et se termine la liberté d’expression?

Des milliers de théoriciens ont cherché à répondre à cette question sans jamais trouver de réponse satisfaisante. La loi prévoit déjà que certains propos ne peuvent être tenus en public, notamment lorsqu’il y a incitation à la haine.

Le problème dans un cas comme celui qui nous intéresse, c’est que Roosh V n’incite pas directement à la haine, mais il la banalise. Banaliser la haine est-il moins nocif pour une société et ses jeunes esprits? Je ne crois pas.

À ce jour, rien ne prouve que le blogueur n’ait jamais commis quoi que ce soit d’illégal. Le danger, avec ce genre d’individu, c’est que son discours se retrouve trop souvent à être entendu par des esprits déjà tourmentés qui trouvent un certain réconfort dans la violence.

Si un homme commet une agression sexuelle après avoir assisté à la conférence de Roosh V, qui sera tenu responsable du crime?

Plus largement, le consentement est-il réellement une question de oui ou de non?

Sur le site de Bang, Roosh V explique de quelle façon il parvient à éviter de se faire dire non.  Lorsqu’un des deux tiers manipule l’autre pour parvenir à une relation sexuelle, y a-t-il toujours consentement?

J’ai un aveu à vous faire, je vous ai menti. En début de chronique, j’ai affirmé que je ne parlerais pas de politique. Pourtant, rien n’est plus politique que les notions de liberté d’expression et de sécurité publique.

En tant que société, sommes-nous prêts à encourager la banalisation du viol?

Pourtant, au nom de la liberté d’opinion et de parole, c’est ce que nous faisons. Roosh V est-il un délinquant dangereux? Là n’est absolument pas le point. Doit-on l’empêcher de propager des idées menant à la haine des femmes? J’en suis persuadée.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here