Lancement du livre Non-publics de la culture

0
non-publics de la culture lancement
Lancement de l’ouvrage Non-publics de la culture, sur la plateforme Zoom. Crédit: Culture Mauricie

Le mardi 2 février 2021 se tenait le lancement du livre Non-publics de la culture – Six institutions culturelles de la Mauricie à l’étude coprésenté par l’Université du Québec à Trois-Rivières et Culture Mauricie.  L’événement a regroupé plus d’une centaine de personnes sur la plateforme Zoom.

Six institutions culturelles

En effet, six institutions culturelles bien connues à Trois-Rivières ont travaillé en collaboration avec le chercheur Olivier Champagne-Poirier et l’UQTR depuis 2012. La recherche a débuté dans le cadre de la thèse de doctorat d’Olivier Champagne-Poirier et les résultats ont servi en parallèle à l’écriture de sa thèse et du livre. L’écriture du livre a été dirigé par Jason Luckerhoff, professeur titulaire en communication et culture à l’UQTR et Marie-Claude Lapointe, professeure au département d’études en loisirs, culture et tourisme à l’UQTR. Le but premier était de déterminer les raisons pour lesquelles les gens choisissent de ne pas fréquenter certains lieux culturels.

Éric Lord, directeur général de Culture Mauricie explique dès le début du lancement que «la Mauricie est la première région au Québec à s’intéresser de cette façon aux non-publics dans les différents secteurs de la culture. […] Ce projet de recherche a eu des impacts majeurs pour plusieurs organisations culturelles».

Les six institutions concernées sont le Musée POP, le Salon du livre de Trois-Rivières, le FestiVoix, Ciné-campus Trois-Rivières, la Maison de la culture de Trois-Rivières et les œuvres d’Ozias Leduc à Shawinigan-Sud.

Discussion entre professionnels et chercheurs

Lors du lancement, des professionnelLEs de la culture ont participé à une discussion avec des chercheurs spécialistes sur le sujet des non-publics de la culture. Plus exactement, il s’agit de Julie Brousseau, directrice générale du Salon du livre de Trois-Rivières, Thomas Grégoire, directeur général du FestiVoix, et Nancy Kukovica, directrice générale de Culture Trois-Rivières.

Les trois chercheurs étaient Olivier Champagne-Poirier, professeur adjoint en communication à l’Université de Sherbrooke, Michael Bourgatte, Maître de Conférences à la faculté d’éducation de l’ICP, de l’Unité de Recherche et Claude Martin, professeur associé à l’UQTR et professeur honoraire à l’Université de Montréal.

Le panel, qui a duré une heure, a permis aux chercheurs d’expliquer entre autres pourquoi ils s’intéressent aux non-publics. L’un après l’autre, ils ont présenté ce qui les a menés à travailler sur ce sujet précis. Ensuite, les trois professionnelLEs de la culture ont pu présenter les résultats concrets et l’utilité de la recherche dans leur organisme.

non-publics de la cultureLes impacts des recherches

De nombreux impacts ont été remarqués suite aux observations effectuées par les chercheurs. On liste entre autres un changement de nom, une modification de l’axe de communication, une réorganisation des lieux, une augmentation de la fréquentation, un virage numérique et plus encore. Ils sont tous regroupés dans l’ouvrage.

La directrice générale de Culture Trois-Rivières, Nancy Kukovica, indique par exemple que selon certains membres du groupe de discussion, «le logo était un peu vieillot et peu distinctif, de sorte que cela pouvait amener l’idée que les expériences vécues n’y sont pas super intéressantes. […]».

De ce fait, l’organisation a donc délaissé son nom Corporation de développement culturel de Trois-Rivières pour se créer une nouvelle image sous l’appellation Culture Trois-Rivières. Ils ont également travaillé leur stratégie de programmation après avoir reçu comme commentaire que «la programmation semblait très pointue».

Plus d’informations sont disponibles sur le site de l’UQTR et le livre est dès maintenant en vente à la Coopsco, à la librairie Poirier et à la librairie l’Exèdre.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here