Lancement du Mois de la poésie 2020: une programmation diversifiée

0
231
mois de la poésie
La treizième édition du Mois de la poésie se déroulera du 29 février au 30 mars 2020. L’artiste Catherine Lavoie s’est associée au festival pour créer de magnifiques visuels. Crédit: Catherine Lavoie via la page Facebook de l’événement

Le 13 février 2020, à l’aube de la Saint-Valentin, avait lieu la soirée de lancement du Mois de la poésie 2020; se déroulant dans les locaux des éditions Alto dans la ville de Québec, plus d’une trentaine de personnes issues de la scène artistique de la ville de Québec était présentes pour le grand dévoilement de la programmation de la treizième édition du festival tant attendu de poésie.

Produit par le Bureau des affaires poétiques, le Mois de la poésie donne parole à plusieurs poètes d’ici et d’ailleurs sous la forme de lectures, de performances et de créations diverses. Parfois pluridisciplinaire et d’autres fois plutôt intime, le festival poétique se veut être une occasion pour tou.te.s de (re)découvrir ce genre littéraire à travers les nombreuses voix de la scène artistique provenant du Québec, mais aussi du Canada anglais, de la Belgique et du Nouveau-Brunswick.

On ne le dira jamais assez, la poésie connaît un grand et un bel essor, mais c’est d’abord grâce à vous

-Vanessa Bell

Les codirectrices de l’événement, Vanessa Bell, autrice et animatrice, ainsi que Juliette Bernatchez, diplômée en études littéraires et autrice de la relève, étaient également présentes pour accueillir les invité.e.s dans une ambiance des plus festives. Sous la musique d’ambiance de l’Ordre de l’Infiniment Nada, collectif musical montréalais, c’est aux alentours de 18 heures que Bell s’est adressée à l’assemblée pour la première fois; celle-ci a réussi à garder la foule allumée à travers l’énumération des quelque trente activités qui seront offertes du 29 février au 30 mars 2020.

De nombreux partenaires

Pour ouvrir la soirée, Bell a d’abord remercié les quarante partenaires qui permettent au Mois de la poésie d’avoir lieu année après année. «On ne le dira jamais assez, la poésie connaît un grand et un bel essor, mais c’est d’abord grâce à vous et grâce à des gens, des entrepreneur.e.s qui sont prêt.e.s à prendre le risque [d’investir] dans la poésie», a expliqué la codirectrice qui semblait empreinte de gratitude. Par la suite, relayant la parole à plusieurs invité.e.s, Bell présenta avec enthousiasme la programmation du festival.

Vanessa Bell lors de la soirée de lancement du Mois de la poésie 2020. Crédit: Laura Lafrance

Une programmation inclusive et éclatée

Accueillant plus de cinquante invité.e.s lors des trente journées du Mois de la poésie, la programmation en offre pour tous les goûts; que l’on soit un néophyte ou un adepte, il y a certainement des activités, à travers l’ensemble de l’événement, qui conviendront à tou.te.s. D’abord, à tous les jours, sur Internet, il y aura En attendant je déjeune au cidre de pomme; par l’entremise de la boîte de courriel, les artistes Samuel Corbeil et six volcans transmettront poésie et illustration virtuelle à ceux et celles qui s’inscriront à la liste d’envoi sur le site de l’événement.

Encore à tous les jours, il y aura, à la bibliothèque Monique-Corriveau, l’enregistrement de balados avec, entre autres, les poèmes de Véronique Cyr, Jean-Paul Daoust et de Jean-Christophe Réhel. Plusieurs activités auront lieu à la Maison pour la danse, notamment la soirée Récréation permanente et une lecture revisitée du recueil Ciguë par Annie Lafleur qui sera accompagnée d’Eric Quach de thisquietarmy.

La programmation du Mois de la poésie se démarque par sa singularité et son inclusivité.

Pour la première fois, le Monastère des Augustines accueillera le festival; d’ailleurs, l’activité Visages insolites de la poésie, qui est un atelier de collage offert par l’artiste Stéphanie Filion, serait idéale pour les familles, les non-initié.e.s au genre poétique et pour les amateur.rice.s d’art sous toutes ses formes. D’autres ateliers de poésie se dérouleront à divers endroits dans la capitale nationale, par exemple au cabaret Le Drague, à l’Improdôme et au Musée de la civilisation.

Somme toute, la programmation du Mois de la poésie se démarque par sa singularité et son inclusivité. Les artistes invité.e.s offrent un aperçu réaliste de la mixité de la société; nombreux.ses sont les artistes invité.e.s qui font partie de la communauté LGBTQ+ ou qui appartiennent à certaines minorités. Une programmation qui en vaut certainement le détour!

Pour voir la programmation complète, visitez le site web de l’événement!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here