L’économie du pays: Bientôt une salle des marchés à l’UQTR.

0
Publicité
Crédit : Sarah Gardner.

La fondation Jean-Louis Tassé vient de faire un don de 1050 000 $ pour la réalisation d’une salle des marchés à l’École de gestion. Ce qui augure une nouvelle ère pour la formation des étudiants aux métiers de la finance de marchés. Cette chronique explique à quoi sert une salle des marchés et l’intérêt pour l’UQTR d’en disposer une. 

C’est quoi une salle des marchés ?

Le terme français salle des marchés émerge au début des années 80, alors que le concept trading room s’imposait depuis plusieurs années aux États-Unis. Il désigne l’endroit où on vend et achète les produits financiers. On qualifie souvent la salle des marchés comme étant le front office d’une banque. Cela fait référence au rapport direct des opérateurs avec les investisseurs. Ce front office se doit d’être à la pointe du progrès technique. Surtout en ce qui concerne les communications, la gestion des flux d’informations, ou encore les différents systèmes informatiques. C’est une des vitrines de la banque. Au niveau des sociétés de bourses, les salles des marchés sont généralement électroniques. On peut les trouver dans les principales places boursières à travers le monde. On peut citer ici la Bourse de New York (New York Stock Exchange ou NYSE) et la Bourse de Londres (London Stock Exchange ou LSE).

Photo d’une salle de marché à la college of Business (Florida state university). Crédit : Université de Floride

Auparavant, les activités financières étaient séparées en autant de départements qu’il y a de segments de marché; et les équipes pouvaient être réparties sur plusieurs sites. Le fait de rassembler ces équipes en un lieu unique, facilite une meilleure diffusion des informations de marché. Ce qui permet une plus grande réactivité des opérateurs et une confrontation d’idées sur l’évolution des marchés et leurs opportunités. On note aussi une meilleure coordination des services dans l’action commerciale. La salle des marchés constitue dès lors un des 3 pôles que l’on retrouve en finance de marché. Le front office qui s’occupe de la négociation, le middle office pour gérer les risques et analyser les résultats et le back-office en charge des saisies et du contrôle des opérations.

Qu’est-ce qu’on échange dans une salle des marchés ?

Diagramme électronique de l’évolution en temps réel du cours (prix) d’un produit financier. Crédit : Vito Goričan (pexels.com)

Les employés d’une salle des marchés sont des traders. Ils travaillent généralement aux côtés d’analystes économistes, d’ingénieurs financiers et d’informaticiens dédiés. Ce sont eux qui négocient les produits financiers pour le compte de leurs clients. On distingue principalement 2 grandes familles de produits financiers: les produits de bilan et les produits dérivés. 

Les produits de bilan sont des titres émis par des entreprises ou par des États pour se financer. Dans cette famille, on a les actions (titres de propriété) et les obligations (titres de créance). Quant aux produits dérivés, ce sont des instruments dont la valeur dépend d’un ou plusieurs actifs financiers auxquels ils sont rattachés. Ils prennent généralement la forme de contrats. Leur rôle initial est de transférer des risques d’un acteur vers un autre. Ils n’ont donc pas vocation à financer une entreprise ou un État. Il existe trois principales catégories de dérivés: les options, les contrats à termes (futures) et les warrants.

L’intérêt d’une salle des marchés à l’UQTR

Crédit : EGUQTR

Selon l’annonce faite sur le site de l’École de gestion de l’UQTR, la salle des marchés sera un centre de simulation des opérations de bourse en situation réelle. Elle offrira aux étudiants un accès aux données de marché reçues de diverses bourses. À travers 16 postes de travail connectés à la plateforme Refinitiv Workspace for Students, ainsi que d’autres équipements et logiciels à la fine pointe de la technologie. 

Elle proposera aux étudiants une sensation «pratique» pour les activités d’échange d’instruments financiers et de matières premières; de l’initiation des commandes à la phase finale de l’exécution des transactions. Cette visualisation du processus des transactions sur titres, devises et matières premières est un outil puissant pour enseigner l’évaluation des instruments financiers et des matières premières; les imperfections du marché, la vitesse de transmission de l’information, la découverte des prix, etc. Ce qui permet de réduire l’écart entre les connaissances théoriques et le besoin d’expérience du monde réel des praticiens.

Outre ce volet de pratique, la salle de marchés de l’EGUQTR proposera d’autres activités telles que des programmes de formations (sur les 3 cycles d’études); des ateliers de formation continue; des conférences et des compétitions académiques. 

Références: 

https://lautorite.qc.ca/grand-public/glossaire-financier

https://oraprdnt.uqtr.uquebec.ca/pls/public/gscw031?owa_no_site=2571

 

 

 

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici