ÉDITORIAL: L’humain approximatif ― J’accuse!

0
1476
bandeau-COOPSCO-final_01

phototeam_samuelpedrobeauchemin1

Il n’y a pas de mots pour qualifier les évènements qui se sont produits le 29 janvier dernier. Je suis profondément peiné, mais aussi en colère. En colère contre les médias, contre nos gouvernements, contre l’ignorance. C’est pourquoi j’accuse!

«J’accuse!»

Ce sont les mots formulés par le grand écrivain Émile Zola lors de l’affaire Dreyfus. En 1898, Zola publie une lettre ouverte pour défendre l’officier Alfred Dreyfus, accusé à tort d’espionnage. Dreyfus étant de confession juive, la lettre met à jour l’antisémitisme systémique dans lequel baigne la France. Il a fallu une terrible guerre pour comprendre ce que le racisme peut nous faire faire. 70 ans plus tard, il semble que l’on ait déjà tout oublié. Aujourd’hui, la communauté musulmane vit le même préjudice à travers l’Occident.

J’accuse les médias

TVA, Radio-Canada, La Presse, Le Devoir, name it. Les mêmes qui, quelques semaines auparavant, donnaient d’édifiantes leçons sur les dangers de la désinformation. Ce sont eux, depuis quelques années déjà, qui publient des articles aux titres-chocs tels que «Certains réfugiés syriens d’Ottawa refusent les logements proposés». Comme d’habitude, les gens qui voient ces articles défiler sur les réseaux sociaux n’ont pas le temps de lire autre chose que le titre, mais prennent le temps de le commenter. Ce ne sont généralement pas des mots de bienvenue. S’ils avaient pris cinq minutes pour parcourir l’article, ils auraient compris que les réfugiés ont vécu de lourds traumatismes, des séparations, des morts. C’est pourquoi ils sont réticents à être séparés les uns des autres. Parfois, c’est même le nouveau quartier qui est dangereux.

J’accuse les médias de mettre l’accent sur l’origine des criminels lorsque ces derniers portent un nom hérité du Moyen-Orient. Lors des évènements du dimanche 29 janvier dernier, ces mêmes médias publiaient des informations contradictoires. Certains ont même avancé que les suspects étaient d’origine syrienne; ensuite, il était question d’un suspect d’origine arabe et d’un autre d’origine québécoise. Les gens dans leur salon s’en donnaient à cœur joie d’embarquer dans l’enquête et de commenter le pedigree des soi-disant criminels. Qu’est-ce donc, si ce n’est pas de la désinformation médiatique? Les journalistes auraient pu attendre que la poussière retombe un peu avant de sauter aux conclusions.

La palme de la déclaration inappropriée revient à Pierre Bruneau avec son «Terrorisme à l’envers»… On appelle ça de l’amalgame, mon cher Pierre, et c’est une facette du racisme. Bien qu’il se soit excusé, il devrait démissionner. La société moderne occidentale est marquée par le pluralisme culturel. Il est dans ce cas inacceptable qu’une personne ayant une tribune quotidienne puisse avoir un tel discours. Je me rappelle une lectrice de nouvelles suspendue pour avoir dit «Kim Jong Deux» par mégarde.

La palme de la déclaration inappropriée revient à Pierre Bruneau avec son «Terrorisme à l’envers»…

J’accuse nos gouvernements et nos politiciens…

… De vendre des armes à des groupes armés et de favoriser ainsi le chaos au Moyen-Orient. Je rappelle que le Canada a vendu des armes à l’Arabie Saoudite, qui s’en sert notamment pour massacrer le peuple yéménite. Notre beau pays est le deuxième plus grand exportateur d’armes au Moyen-Orient. J’accuse nos gouvernements d’avoir envahi certains de ces pays. En Afghanistan, pour combattre les talibans qui avaient été eux-mêmes entraînés et armés par la CIA. En Irak, où l’absence de pouvoir solide et la marginalisation d’anciens hauts gradés militaires de Saddam Hussein, notamment, ont donné naissance à Daesh.

J’accuse nos politiciens de leur inaction envers Raif Badawi. De verser dans le populisme en utilisant la peur de l’autre et l’ignorance lors des débats politiques. La liste est longue: le projet de Charte des valeurs québécoises, le discours de Lisée durant la course à la chefferie, ou les prises de position des maires Jean Tremblay et Régis Labeaume.

 J’accuse l’ignorance…

… Qui est caractérisée par la peur de l’autre, par la peur de la différence, par le fait de ne pas chercher en savoir plus sur autrui, par le fait de considérer les étrangers comme des non humains. J’accuse tous ces gens qui baignent dans l’ignorance de ne pas chercher plus loin que ce que Mathieu Bock-Côté ou Richard Martineau leur offrent. Je les accuse de vider leur haine sur les réseaux sociaux et parfois même dans la rue, quand on leur rappelle qu’ils (les immigrants et leurs descendants) sont des étrangers chez eux. Cette même ignorance qui pousse des êtres humains à tuer d’autres êtres humains. Il n’y a que les ignorants qui peuvent douter de la pertinence d’enseigner aux jeunes que la différence est un fait de notre société: pourquoi ne pas la voir comme une valeur?

J’accuse les médias, nos gouvernements et l’ignorance!

L’école est et doit demeurer un terreau fertile pour les échanges, et pas seulement dans nos universités. C’est à partir de la petite enfance qu’il faut que les jeunes prennent conscience de leurs différences. C’est aussi à ce moment que les cultures se rencontrent. En réponse à cette violence, des personnes de l’UQTR ont organisé le 30 janvier un important rassemblement. Il y avait beaucoup d’étudiants de tous les horizons. J’ai même vu des familles. C’est ce à quoi je m’attends des institutions de l’éducation.

En attendant, j’attends!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here