Ligue universitaire d’improvisation de Trois-Rivières : LUITR contre KIK — Première victoire pour Trois-Rivières

0
1089
 LUITR_Camp-de-recrutement.png
C’était la 4e visite du KIK de Québec à la Chasse Galerie. Photo : Marie-Ève B. Alarie

Le 10 janvier dernier, la LUITR recevait pour une quatrième année consécutive le KIK de Québec. Et pour la première fois en quatre ans, c’est la LUITR qui a remporté le match.

C’est maintenant devenu une tradition d’accueillir chaque année cette équipe en provenance de la ville de Québec. Le KIK est en fait une équipe volante, ce qui signifie qu’elle ne joue pas hebdomadairement dans un endroit fixe, puisqu’elle préfère jouer un peu partout, sur invitation. Ainsi, elle n’a pas été formée au sein d’une ligue, mais bien par des connaissances qui avaient l’envie commune de faire de l’improvisation sans prétention.

C’est peut-être ce qui rend le KIK si agréable lors de rencontres sur l’improvisoire. C’est avec légèreté et plaisir que la LUITR l’a accueilli avec un alignement efficace : Julie-Anne Pelletier (c), Maxime Tanguay, Jean-René Boutin, Alexandre Marchand et Magalie Brousseau-Arcand. Pour ce qui est du KIK, c’est Jocelyn Garneau (c), Tommy Girard, Maxime-Olivier Coulombe, Claudy Rivard et Karl-Alexandre Jahjah qui formaient l’équipe.

Première partie houleuse

Malgré sa forte équipe, la LUITR a connu des débuts plutôt difficiles avant l’entracte. Sous l’œil de lynx de l’arbitre Rémi Francoeur, elle a perdu les trois premières improvisations aux mains du KIK. D’ailleurs, l’arbitre n’y est pas allé de main morte puisque dès la quatrième improvisation, les pénalités étaient choses courantes. Sachez qu’il ne faut pas renverser accidentellement la bière de ce dernier, puisque vous devrez en subir les conséquences.

Alors que la LUITR raflait son premier point, le KIK a récidivé en se voyant remettre un point boni pour avoir trouvé la suite d’un thème à compléter. Maintenant monnaie courante dans les matchs spéciaux, cette catégorie consiste en la lecture du début d’un proverbe que chaque équipe doit compléter par l’improvisation. Ainsi, à la suite de «La plus grosse erreur que vous puissiez faire dans la vie, c’est…», le KIK a reçu un point avec son interprétation d’un homme qui tentait de désamorcer une bombe, se rapprochant de la réponse qui était «d’avoir peur d’en faire une». À la fin de la première partie, le KIK menait avec une marque de 5 à 2.

Revanche

La LUITR s’est cependant ressaisie lors de la deuxième période. Elle a ainsi  remporté cinq improvisations consécutives et ce, malgré les tactiques du KIK. On ne peut pas reprocher au KIK de ne pas avoir essayé puisque les joueurs en sont même venus au sang lors de l’improvisation «Avec impatience». En effet, le joueur Coulombe du KIK s’est fendu la lèvre après une mauvaise manœuvre du joueur Girard. Ceux qui disent que l’improvisation n’est pas un sport n’ont qu’à se rétracter.

On ne pourra pas reprocher au KIK de ne pas avoir essayé, puisque les joueurs en sont même venus au sang lors de l’improvisation «Avec impatience».

Au final, c’est la LUITR qui a remporté le match par un score de 8 à 7. L’étoile décernée par le KIK est allée au joueur Maxime Tanguay, celle de la LUITR à Jocelyn Garneau, et celle de l’arbitre Francoeur à l’éclopé Maxime-Olivier Coulombe.

Sachez que la LUITR présente ses matchs tous les lundis soirs à la Chasse Galerie et ce, dès 20h.

Pour plus d’informations sur la ligue, nous vous invitons à consulter le site www.uqtr.ca/impro.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here