Musique ambiante et psychédélique : Succès pour le concert Tempête

0
Publicité
Photo : Max Sicard (SICk-Art Studio Photographe)

Le concert-événement Tempête consacré aux musiques psychédéliques, ambiantes et planantes avait lieu le 27 janvier à l’église anglicane St. James dans le vieux Trois-Rivières. Une centaine de personnes étaient présentes pour encourager et découvrir les artistes en prestation.

La soirée s’inscrivait dans une série de trois concerts; Thérapie avait eu lieu à l’App’art en 2009, le second, Écho, à l’Église Ste-Cécile en 2010 et finalement Tempête en 2012. L’organisation mentionnait au sujet de Tempête que «les musiques qui se développent en textures et en couches sonores seront donc à l’honneur et promettent de faire voyager tous les sens.» Les amateurs de Pink Floyd, de Tangerine Dream ou de Ravi Shankar allaient assurément apprécier la soirée.

Ayant lieu dans la charmante église St. James, le concert Tempête offrait un son exceptionnel et un éclairage qui apportait une dimension très originale à l’endroit. Organisé par les musiciens Sébastien Dulude, Pierre Brouillette-Hamelin ainsi que le vidéaste David Leblanc, le concert a attiré un bon nombre de Trifluviens jusqu’à remplir tous les bancs de l’église anglicane. Au programme, cinq formations allaient présenter leur musique à tour de rôle. Comme la température n’était pas clémente, le groupe de musique électronique Montreal Nintendo Orkestar n’a pu se rendre au spectacle.

À l’arrivée des gens, la musique ambiante électronique de l’artiste Jeune Peinture se faisait entendre. Malgré sa présence discrète au fond de la scène, certains membres du public écoutaient attentivement les compositions du musicien pendant que d’autres continuaient d’arriver. Jeune Peinture s’est chargé d’accompagner en musique l’avant-concert, ce qui donnait tout de suite le ton au reste de la soirée.

À 21h, la première formation à s’exécuter sur scène a été Namo Shanti, qui a présenté du chant harmonique. Leurs pièces faisaient appel à la participation du public et proposait une expérience d’écoute vibratoire. Les gens ont pu découvrir des sonorités méconnues, entre autres offertes par un harmonium indien. Le groupe Namo Shanti en était à sa quatrième visite à Trois-Rivières.

Le concert s’est poursuivi avec le duo de musique électronique Pecora Pecora. Pour leur prestation, l’éclairage a été tamisé et les artistes étaient costumés. La thématique psychédélique était très présente tout au long de leur performance.

Finalement, la formation Heathrow s’est installée à l’avant pour la dernière partie de la soirée. Le public a pu entendre des passionnés de musique électronique qui, en 2006, ont sorti leur album Remembering Every Planes Under The Sea. Ce groupe est d’ailleurs le fondateur de la série de concerts «Feux de forêt dans le désert» qui consiste à présenter une formation ou un artiste moins connu au public de Trois-Rivières.

À la suite de la performance de Heathrow, les gens étaient invités à continuer leur soirée à l’église St. James pour sociabiliser et profiter du lieu de diffusion unique auquel ont eu accès les organisateurs.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici