Sonia Cotten à La P’tite Brûlerie/L’Histoire sans fin: La création expérimentale d’un stand-up poétique

0
La poétesse Sonia Cotten est une femme passionnée. C’est avec une infinie gentillesse qu’elle s’est entretenue avec les quelques chanceux présents lors de la rencontre du 19 novembre. Un échange qui aura été profitable à l’artiste comme au public. Photo: N. Tranchemontagne
La poétesse Sonia Cotten est une femme passionnée. C’est avec une infinie gentillesse qu’elle s’est entretenue avec les quelques chanceux présents lors de la rencontre du 19 novembre. Un échange qui aura été profitable à l’artiste comme au public. Photo: N. Tranchemontagne

La P’tite Brûlerie/L’Histoire sans fin tenait le 19 novembre dernier une soirée poétique mettant à l’honneur la poète québécoise Sonia Cotten. Plus qu’une simple soirée de poésie traditionnelle, l’évènement était surtout l’occasion pour l’artiste d’échanger avec le public dans une formule expérimentale de création collective.

Sonia Cotten est une poète québécoise originaire de Rouyn-Noranda. Elle a été cette année lauréate de l’appel de projets de la Coalition québécoise de la littérature et du conte pour participer à l’édition 2015 du projet «La littérature sur les routes», comprenant deux volets, soit le conte et la littérature. Sonia Cotten a été lauréate dans cette deuxième catégorie avec «Que pensez-vous des corps simples», une animation littéraire basée sur son dernier recueil poétique. C’est cette animation culturelle qu’elle présentait à ceux réunis à La P’tite Brûlerie/L’Histoire sans fin dans le cadre de la tournée du projet. Lors de cette animation, Sonia Cotten présente le canevas de son futur spectacle poétique. Plus qu’une simple présentation, Sonia Cotten cherche surtout à se servir de ces moments avec le public pour créer le spectacle.

L’artiste n’est pas à court d’idées. Avec une grande éloquence, Sonia Cotten parle de son projet avec une infinie passion.

Proche des gens, Sonia ne veut pas simplement faire un spectacle poétique. Parcourant le Québec avec son canevas et ses poèmes, elle s’ouvre au public pour recevoir ses suggestions, ses commentaires et ses idées et cherche à répondre à la question: «Qu’est-ce que sera le spectacle que je veux monter?» Ainsi, ses animations culturelles deviennent des échanges entre elle et son public, qui sera aussi éventuellement le public de son spectacle. Le but est de créer un spectacle qui prend ses poèmes à elle, mais qui sera d’abord et avant tout à l’image de ses spectateurs.

Plus que la lecture de poèmes, Sonia Cotten désire faire ce qu’elle appelle un «stand-up poétique». À l’image des spectacles d’humour, elle cherche à faire une one-woman show avec les poèmes de son recueil, qui sera aussi par ses animations littéraires une création collective comme dans le bon vieux temps. Il s’agit donc d’une littérature performative dont la première étape est la création avec autrui. Son passage à Trois-Rivières était sa deuxième rencontre du genre, mais non pas la dernière. Ces discussions lui permettent ensuite de travailler sur son œuvre et elle compte bien continuer ces rencontres jusqu’à un produit final qui se tient.

L’artiste n’est pas à court d’idées. Avec une grande éloquence, Sonia Cotten parle de son projet avec une infinie passion. Adorant la musique, elle caresse d’ailleurs l’idée d’inclure des musiciens dans son stand-up et d’en faire un véritable conte vivant. Sonia Cotten compare son projet à un collier de perles où chaque perle est un poème.

Le but est de créer un spectacle qui prend ses poèmes, mais qui sera d’abord et avant tout à l’image de ses spectateurs.

Si pour l’instant le spectacle s’intitule «L’amour paiera le loyer», la poétesse garde la porte ouverte aux changements. Cette tournée d’idées est pour elle l’occasion aussi de faire un survol sur les réactions du public. Dans une formule intime devant quelques privilégiés lors de son passage à Trois-Rivières, Sonia Cotten a eu la surprise d’un public particulièrement participatif et débordant d’idées lui aussi.

Pleine de vie, Sonia Cotten est une femme qui sait jouer avec les mots et avec leur interprétation. Lors de son animation, elle a démontré un talent particulier à incarner le texte. Dans cette simple rencontre, la femme a su faire vivre au public des grands frissons. Elle mêle le conte à la poésie, retrouvant un univers rappelant parfois celui de Fred Pellerin ou de Patrice Desbiens, citant elle-même ce dernier comme une inspiration. Toujours guidée par un fil conducteur, elle part néanmoins dans un cosmos d’idées, voyageant dans sa poésie comme un voyage astral.

Plusieurs thèmes profonds comme le pardon et l’amour sont abordés dans sa poésie. Difficile de traduire en mots l’expérience d’une rencontre avec Sonia Cotten, si ce n’est de dire qu’il s’agit d’une expérience unique! Ceux qui étaient présents à la rencontre, comme tous les autres intéressés, devront cependant attendre encore un moment, non sans une certaine impatience, avant de pouvoir assister à ce «stand-up poétique».

Sonia Cotten continuera sa tournée d’animation littéraire durant le reste de l’année 2015 et ne peut offrir avec certitude une date pour son spectacle à venir.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here