Sortie d’album: La plénitude de Francis d’Octobre

0
1245
 LUITR_Camp-de-recrutement.png
Le Commun des immortels est le deuxième album de Francis d’Octobre. Photo: Alain Décarie
Le Commun des immortels est le deuxième album de Francis d’Octobre. Photo: Alain Décarie

Le 18 mars dernier, l’auteur-compositeur-interprète Francis d’Octobre lançait son deuxième album, Le Commun des immortels. Après trois ans d’absence, l’artiste nous offre un album intime et serein.

Originaire de Drummondville, Francis d’Octobre fait de la musique depuis son enfance. Élevé parmi des scientifiques, il va se démarquer par son amour de cet art en débutant à la batterie. Évoluant vers la guitare, il met ses propres poèmes en musique, créant aussi les accords qui les accompagnent. Son déménagement à Montréal lui ouvrira de nombreuses portes, dont celle qui le mènera à faire la première partie du groupe Alfa Rococo.

Peu à peu, il réussit à se faire un nom et décroche un contrat qui lui permettra d’enfin créer son premier album en 2010, Ma bête fragile. Écrivant sa propre musique ainsi que les paroles, il coréalisera cet album qui sera bien accueilli par le public québécois. Ce premier opus présente un artiste sensible et doué pour l’écriture des textes. Si l’ensemble de l’œuvre a un caractère plutôt triste, la musicalité fait pencher le tout vers la douce mélancolie.

Changer de cap

Pour son deuxième album, Francis d’Octobre a plutôt voulu utiliser une autre formule. Bien qu’il ait aimé son expérience de réalisation, il a préféré se concentrer sur les textes et la musique. Plus précisément, il voulait travailler ses chansons pour qu’elles soient moins tristes que sur son premier opus. L’artiste a en effet comme premier réflexe de se tourner vers une introspection, ce qui fait pencher la mélodie et les paroles vers quelque chose de plus sombre.

Il ne faut cependant pas se laisser berner. Francis d’Octobre produira toujours une musique sentimentale abordant les émotions humaines puisqu’il fait, et aime faire, de la musique intime. C’est un juste milieu qu’il veut trouver entre la musique nostalgique et celle plus upbeat. Avec son deuxième album sorti le 18 mars dernier, l’artiste a réussi à bien doser ces deux facettes émotionnelles.

Le Commun des immortels

Après trois ans d’attente, Francis d’Octobre a finalement présenté son deuxième album, Le Commun des immortels. Cette fois-ci, il a fait appel à Jeannot Bournival pour la réalisation de l’album. Ce dernier, originaire de la Mauricie, est bien connu dans le milieu artistique puisqu’il a réalisé notamment les albums de Sagapool, East Road et Fred Pellerin. Francis d’Octobre a donc pu se vouer entièrement à l’écriture de son album.

Loin de déstabiliser les auditeurs qui ont écouté en boucle son premier opus, il vient créer une belle suite à son univers caractérisé par des textes magnifiques.

D’ailleurs, dès la première chanson, Six pieds sous neige, on peut entendre ce nouveau souffle qui dose bien la musique mélancolique et un rythme plus entrainant. En effet, Beauté Pandore, Règne animal et Une vie de funambule abordent des mélodies pop jusqu’à aller à un ver d’oreille, tandis que L’Amour mystique, Jouet de guerre et Ma plénitude sonnent plus tristes et nostalgiques.

Au final, c’est un album calme et constant que nous a offert Francis d’Octobre pour ce début de printemps un peu morose. Loin de déstabiliser les auditeurs qui ont écouté en boucle son premier opus, il vient créer une belle suite à son univers caractérisé par des textes magnifiques.

Pour plus d’informations, visitez le www.francisdoctobre.com.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here