The Franklin Electric à la salle Anaïs-Allard-Rousseau: Une soirée connectée avec le groupe folk-pop alternatif

0
1159
 LUITR_Camp-de-recrutement.png
Le groupe The Franklin Electric composé de Jon Matte, Liam Killen, Martin Desrosby et Alexis Messier en prestation à la salle Anaïs-Allard Rousseau de la Maison de la Culture de Trois-Rivières le 5 Février 2015. Photo: C. Filion
Le groupe The Franklin Electric composé de Jon Matte, Liam Killen, Martin Desrosby et Alexis Messier en prestation à la salle Anaïs-Allard Rousseau de la Maison de la Culture de Trois-Rivières le 5 Février 2015. Photo: C. Filion

Le groupe avaient affiché complet lors de son passage le 6 novembre 2014 à la salle Anaïs-Allard Rousseau de la Maison de la Culture de Trois-Rivières.The Franklin Electric était de retour en Mauricie pour une supplémentaire le jeudi 5 février. Ce sont Émilie et Ogden qui ont assuré la première partie avant de laisser la place aux gars de Franklin Electric qui se produisaient devant une salle pratiquement comble, une fois de plus.

Ouvrant le bal tout en douceur, Émilie et Ogden (nom de l’instrument) allie la harpe, la guitare et la batterie. Ensemble, ils ont su séduire le public qui était attentif à la voix cristalline de la chanteuse Émilie Kahn. Elle sera d’ailleurs en spectacle prochainement le 18 avril au Centre Culturel Pauline-Julien (CCPJ) en plateau double avec Elliot Maginot. Ne possédant pas encore de disque, elle se produit majoritairement à Montréal, mais commence à se faire connaître un peu partout. Elle a notamment participé à la première édition des Quartiers d’hiver du Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue (FME) en janvier dernier.

Sur la route depuis une semaine, ayant joués à Montréal et à Toronto dans les derniers jours, les hommes de The Franklin Electric s’arrêtaient à Trois-Rivières de nouveau. Ils présentaient quelques nouvelles pièces qui seront sur le prochain album en plus de celles du premier réenregistré au printemps 2014. «Nous allons vous jouer une des nombreuses chansons qui se retrouvera sur le prochain disque, même si nous ne sommes pas encore tanné des autres!», a lancé Jon Matte en riant pour ensuite s’installer à l’un des deux pianos sur scène.

Sur la route depuis une semaine, ayant joués à Montréal et à Toronto dans les derniers jours, les hommes de The Franklin Electric s’arrêtaient à Trois-Rivières de nouveau. Ils présentaient quelques nouvelles pièces qui seront sur le prochain album en plus de celles du premier réenregistré au printemps 2014.

Le public composé en majorité de jeunes s’amusait bien des interventions bilingues du leader du groupe entre les chansons. Natif de Trois-Rivières, mais ayant vécu la majeure partie de sa vie au Manitoba, il tentait de s’exprimer en français, mais revenait rapidement à l’anglais. Le groupe est aussi composé de Liam Killen à la batterie et au chant, de Martin Desrosby à la basse et d’Alexis Messier à la guitare. En plus de jouer de la guitare et du piano, Jon Matte ajoute de la trompette à quelques pièces. Cette musique s’accorde parfaitement avec les textes empreints de nostalgie et d’histoires de regrets qu’il compose. Ils ont terminé le spectacle avec la pièce Show me the quiet air qu’ils ont interprétés «unplugged» avec seulement un micro au centre, un banjo, un tambour, une guitare et des percussions, pour ensuite enflammer la salle avec une pièce très énergique pour bien clore la soirée.

C’est depuis peu que le groupe The Franklin Electric trace son chemin en offrant un son folk-pop alternatif qui peut rappeler celui d’Imagine Dragons ou de Patrick Watson. Après avoir remporté un concours d’auteur-compositeur à Nashville avec la chanson Old Piano, ils ont continué à écrire plus ardemment. En 2012, ils ont enregistrés pour la première fois leur album This is how I let you down de façon indépendante et l’ont mis sur iTunes ce qui leur a permis de vendre environ 10 000 chansons en quelques mois. De cette manière, ils ont pu jouer dans les radios, et plusieurs gens ont partagés leur musique sur les réseaux sociaux. Approchés par Indica Records, la maison de disque d’Half Moon Run, leur disque est maintenant vendu chez une majorité de disquaires ainsi qu’en ligne depuis le printemps 2014.

Depuis, les choses ont évolué rapidement pour le groupe montréalais qui gagne un peu plus de fans chaque jour. Ils ont notamment été invités au Canadian Music Week de Toronto l’été dernier, un festival qui fait la promotion de nouveaux talents en émergence. De plus, ils reviennent d’une tournée en France, au Pays-Bas ainsi qu’au Royaume Unis. Dans l’année qui vient, The Franklin Electric a quelques spectacles prévus au Québec ainsi qu’aux États-Unis principalement.

L’été dernier, le groupe a fait la première partie d’Half Moon Run en compagnie de Groenland et de Marc Demarco le 4 juillet au FestiVoix de Trois-Rivières. Ils seront en spectacle le 1er mai au Magasin général Lebrun à Maskinongé.

Pour en connaître plus au sujet de Emilie et Ogden : http://www.fmeat.org/blog/2015/01/29/questionnaire-abitibhivernal-emilie-ogden. Pour plus d’informations et les dates et endroits de spectacles de The Franklin Electric visitez le www.thefranklinelectric.com.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here