Une ambiance intime aux saveurs pop-folk: Philippe B à la Maison de la culture

0
1155
 LUITR_Camp-de-recrutement.png
Philippe B, dont la douceur des mélodies s'agence à merveille à l'intimité de la salle Louis-Philippe-Poisson. Photo: Charles Fontaine
Philippe B, dont la douceur des mélodies s’agence à merveille à l’intimité de la salle Louis-Philippe-Poisson. Photo: Charles Fontaine

Au terme d’une série de concerts, Philippe B s’est rendu à la Maison de la culture dans la salle Louis-Philippe-Poisson le 9 mars dernier, inondant ses spectateurs de sa musique douce et particulièrement chaleureuse. C’est devant une salle comble qu’il a interprété plusieurs chansons de son répertoire, allant piger jusque dans son premier album.

Accompagné de sa fidèle guitare et des voix mélodieuses de Véronique Laberge et Josiane Paradis, il donna à chacune de ses courtes pièces un ton intime et nocturne, ambiance semblable à celle que l’on retrouve sur son dernier opus, Ornithologie, la nuit. Les voix féminines amenèrent pour leur part cet élément d’atmosphère qui distingue le dernier album des autres.

Originaire de Rouyn-Noranda, Philippe B est l’un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus respectés du Québec. Avec son talent de composition et d’arrangements, il a travaillé avec bon nombre d’artistes québécois pour la réalisation d’albums et de spectacles. Il participa notamment à la composition de musique pour un spectacle de danse et pour le court et long métrage d’Éric Morin. Certains l’auront également connu par sa participation en tant que mentor avec Pierre Lapointe pour l’émission La Voix.

Car c’est un an d’expérimentations et de travail que prit Philippe B pour produire son album Ornithologie, la nuit, sorti en 2014, et qui lui valut bon nombre de nominations.

C’est donc un homme riche d’expériences qui présenta à un public trifluvien ravi ses reflets intérieurs et le résultat d’un voyage à travers les saisons et les nuits. Car c’est un an d’expérimentations et de travail que prit Philippe B pour produire son album Ornithologie, la nuit, sortie en 2014, et qui lui valut bon nombre de nominations. C’est d’ailleurs avec la première chanson de l’album que l’artiste entama son spectacle.

Bon nombre d’anecdotes agrémentèrent la soirée, ce qui n’est pas nouveau puisque la deuxième chanson de son premier album éponyme raconte justement ses souvenirs d’enfance. «Ce qui est bien avec l’écriture de chansons, c’est qu’on peut modifier un peu l’histoire, faire croire aux gens que c’est vraiment ça qui s’est passé», nous raconte l’artiste avec ce ton calme et riant propre à lui.

Ces autres albums comme Variations fantômes sont aussi connus pour la source d’inspiration dans laquelle Philippe B alla puiser. En effet, il revisita les genres classiques et les grandes pièces de l’époque, notamment celles composées pour piano et qui portaient le nom de «nocturne», ou celles affublées de numéros. Sa pièce «Nocturne #632» est donc l’un des résultats de cette recherche à travers les grands classiques.

Ce qui est bien avec l’écriture de chansons, c’est qu’on peut modifier un peu l’histoire, faire croire aux gens que c’est vraiment ça qui s’est passé.

Une autre de ses anecdotes concerne l’origine de sa chanson «Une nuit de la Saint-Jean sur le mont Chauve». Il semblerait que le mont Royal fut autrefois rasé de ses arbres puisque l’on soupçonnait certaines personnes de faire des choses pas très catholiques dans les buissons de ce vaste boisé. Des arbres furent bien sûr replantés depuis. Philippe B s’inspira donc de l’idée de cette grande forêt au milieu de la ville où il se passait des choses mystérieuses.

C’est avec la chanson la plus lente de son répertoire que le chanteur termine son spectacle, pour laquelle il doit faire baisser son rythme cardiaque, «tel un moine bouddhiste», pour arriver à se mettre la cadence en tête. Preuve que c’est un artiste qui possède une parfaite maîtrise de lui-même ainsi qu’une attitude calme continuelle qui lui permet de n’être stressé que par presque rien, même lorsque son support à harmonica lui fait défaut. Mais ça, c’est une autre histoire.

Pour plus d’informations, visitez son site internet http://www.philippeb.ca.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here