Une balade en Camaro dans un imaginaire québécois: Headache24 en formule double avec Duo Camaro

0
Grâce à la musique, les deux jeunes trifluviens se plongent mutuellement dans un univers imaginaire propre à eux.
Grâce à la musique, les deux jeunes trifluviens se plongent mutuellement dans un univers imaginaire propre à eux.

Le soir du 19 mars dernier, soir où des milliers de personnes sur Terre éteignaient leurs lumières pour soutenir les mouvements antipollution, au moment où la noirceur aurait dû envahir la place, Headache24 et Duo Camaro se partageaient respectivement la scène du Zénob, offrant ainsi une performance qui fit voyager les spectateurs réunis autour d’eux.

Depuis 2010, Duo Camaro se forme autour de deux gars originaires de Trois-Rivières, dont les spectacles ne sont jamais les mêmes. Ils compilent avec le temps des pièces live qu’ils ont improvisées sur le moment. La voix d’Alexandre Dostie, guidée par le rythme de la guitare de Pierre Brouillette-Hamelin, semble réciter lors de ces soirées des poèmes sortis d’outre-tombe, racontant une histoire toujours réinventée.

Ils sillonnent ainsi tous deux les routes du Québec avec leur imaginaire de mots et de musique, expérimentant à chaque fois, et mettant à l’épreuve toujours un peu plus leur talent d’improvisateurs.

Headache24 de son côté est un quatuor originaire de Québec dont la musique électro se situe entre le post-punk, le grunge et le beat-box. Un brin expérimentale elle est certes ludique et déroutante. Ses membres sont composés d’Hugo Lebel (voix, guitare), Julie Théberge (voix, synthétiseur), Patrick Lavoie (guitare) et Yves Marquis (basse). Depuis ses débuts en 2005, la formation a fait augmenter son bagage discographique de onze albums.

C’est avec eux que débute la soirée alors que la guitare d’Hugo Lebel nous met rapidement dans une ambiance électro singulière. La musicalité de chaque pièce nous transmet une influence purement sortie des décennies 80-90 grâce à la guitare électrique et les synthétiseurs, qui amènent pour leur part le large côté électro qui fait toute la particularité du groupe.

La voix d’Alexandre Dostie, guidée par le rythme de la guitare de Pierre Brouillette-Hamelin, semble réciter lors de ces soirées des poèmes sortis d’outre-tombe, racontant une histoire toujours réinventée.

Lors de la soirée au Zénob, Headache24 interpréta en grande majorité des chansons provenant justement de l’époque de laquelle ils tirent leurs influences. Comme le disait la chanteuse, ils sont en fait «un side-project corpo-trash», un groupe corporatif animant même des mariages. Leurs covers sont ainsi complètement remaniés suivant leur style de musique, tout en gardant la ligne directrice de la pièce originale.

Ils laissèrent ensuite la place aux deux jeunes improvisateurs, lesquels n’avaient pas joué ensemble depuis presque un an. Mais il semble que le duo n’ait pas besoin de véritable préparation, de canevas ou de set-list. Alexandre Dostie et Pierre Brouillette-Hamelin se connaissent suffisamment pour ressentir la musique et partager l’univers qu’ils créent avec une synchronisation presque parfaite.

C’est donc sans préparation aucune, avec pour seule aide une guitare, une voix, quelques pré-enregistrements ainsi que leur bagage mutuel, que le duo fait monter à bord de sa Camaro le public du Zénob pour un voyage vers un monde poétique, trash et imaginaire.

Après s’être mis dans l’ambiance installée par le guitariste, Dostie déclame ses histoires dans une langue purement québécoise, une langue de garage d’un gars bien ordinaire provenant de la région, une langue que l’on n’entend pas en ville. Il récite son histoire improvisée sur le moment, comme s’il l’avait toujours connue, et dans laquelle se mêlent des personnages de toutes sortes.

Alexandre Dostie et Pierre Brouillette-Hamelin se connaissent suffisamment pour ressentir la musique et partager l’univers qu’ils créent avec une synchronisation presque parfaite.

Avec ses bottes à cap d’acier, Alexandre Dostie marche à travers son expérimentation dans son esprit flou de mots et d’histoires de cowboys, de jeunes dévergondés, de femme en fuite, ou encore d’Éric Lapointe poussé par le vent.

Ce genre de prestation est définitivement de celles que l’on doit voir de ses propres yeux, puisqu’un enregistrement ne pourrait pas rendre avec justesse toute la portée des paroles prononcées et l’ambiance installée de pourrait être vécue de la même manière. Pour tous les amateurs de rock sale et d’oral garage, Duo Camaro est à voir au moins une fois dans sa vie.

Leur prochaine prestation sera présentée à la Maison de la littérature à Québec le 30 avril prochain.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here