Vampire humaniste cherche suicidaire consentant pour un vendredi 13

0
Publicité

Un film dépoussière avec brio ces créatures de la nuit

Le vendredi 13 octobre dernier, sortait officiellement le film Vampire humaniste cherche suicidaire consentant réalisé par Ariane Louis-Seize. L’équipe du film était présente au cinéma Fleur de Lys pour un échange avec le public après la séance.

Affiche officielle du film Vampire humaniste cherche suicidaire consentant
Affiche officielle. Crédit : H264 distribution

« Soy un dracula yéyé »

Sacha (Sara Montpetit) est une jeune vampire dont le côté humaniste s’est légèrement trop développé. Ses parents (Steve Laplante et Sophie Cadieux) s’inquiètent et lui font consulter des spécialistes, qui restent perplexe face à une situation jamais vue auparavant. À court de moyens, ils confient Sacha adolescente à sa cousine Denise (Noémie O’Farrell) pour qu’elle se mette – enfin – à chasser par elle-même.

Sacha va croiser la route de Paul (Félix-Antoine Bénard), jeune homme aux tendances suicidaires qui se fait malmener par ses camarades. Se crée alors une amitié autour de leur quête pour assouvir les dernières volonté de Paul avant le lever du jour.

Extrait du film avec Paul dans la chambre de Sacha qui se font face.
Une amitié se crée autour de leur quête pour assouvir les dernières volonté de Paul. Crédits : Shawn Pavlin et H264 distribution

Une sortie qui tombe bien

La productrice soulignait que cela n’arrive qu’une fois toutes les quelques années, le film sort un vendredi 13. Loin de l’idée de porter malchance, cette date n’est pas anodine et son ironie n’est pas dû au hasard. Vampire humaniste cherche suicidaire consentant balaie avec beaucoup d’humour les habituels clichés sur les vampires, et traite avec douceur les violences auxquelles certains jeunes peuvent faire face dans le milieu scolaire.

Les musiques charment nos oreilles pendant que l’on est visuellement envouté durant toute la durée du film. Les sonorités de synthétiseur et les basses, pensées pour représenter les pulsions de Sacha, viennent ajouter une profondeur et une teinte accentuée de fantastique à un univers qui paraît bien proche de notre ordinaire. Comme l’aube qui finit par arriver, le film s’achève et on en voudrait encore, assoiffés de suivre l’évolution des personnages.

Image extraite du film Vampire humaniste cherche suicidaire consentant
Le sang était au goût d’hibiscus selon le choix de l’actrice Sara Montpetit. Crédits : Shawn Pavlin et H264 distribution

Une idée originale

La réalisatrice, Ariane Louis-Seize, est la première a prendre la parole. Elle raconte que l’idée du film lui est venue en se promenant dans un parc, puis que le projet a charmé Christine Doyon (coscénariste). Pour les jeunes acteurs, ça a été « une chance de jouer un personnage fantastique » (Sara Montpetit).

« On était tous un peu des morts-vivants sur le tournage »

Sara Montpetit durant l’échange de questions

Le plus gros défi pour l’ensemble de l’équipe du film aura été le tournage de nuit pendant plusieurs semaines. Mais l’effort est bien récompensé avec des ombres travaillées. En effet, la qualité des images est un sans faute. Pour la production, il a été difficile de trouver les 47 lieux différents présents à l’écran qui paraissent figés dans le temps et qui pouvaient être loués.

Bande annonce officielle du film. Crédit : H264 distribution.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici