24h d’étude : Prélude à la semaine de travaux et d’études

0
Publicité
Le 1012 Nérée-Beauchemin, prêt à accueillir les étudiants. Photo : L. Bergeron

Par Lorry Bergeron, journaliste

La salle du 1012 a une fois de plus ouvert ses portes aux étudiants de l’UQTR pour 24 heures consécutives d’étude. L’évènement s’est tenu de 8h à 8h, du mercredi 17 octobre au jeudi 18 octobre.

Tout était mis en place pour que les étudiants soient dans un climat d’étude : plusieurs tables (entre 60 et 75 places assises), des prises électriques pour brancher les ordinateurs portables ainsi que des paravents installés pour l’intimité. De plus, du café et des boissons énergisantes étaient en vente à prix modique pour stimuler l’étude sur une longue période.

Avantages et inconvénients

Plusieurs étudiants ont apporter leurs commentaires sur cet événement. Mélissa, une étudiante, raconte qu’elle a trouvé cela intéressant de pouvoir bénéficier de ce service. «Les tables sont grandes et les paravents me permettent de bien rester concentrée sur ma tâche à accomplir. Le phénomène de groupe était entraînant», a-t-elle ajouté.

Marie-Pier, qui était aussi présente au 24h d’études, nous explique que d’aller au 1012 était l’endroit idéal pour les réunions et le travail en équipe. «C’est un endroit où tu ne te trouves aucunement dérangé par la télévision, la musique ou autre possibilité de déconcentration. Si j’étais à mon appartement, il y a de fortes chances pour que subitement, je me lève et je fasse ma vaisselle ou que je parte une brassée de lavage plutôt que de garder ma concentration sur les travaux ou l’étude que j’ai à effectuer. Selon moi, le 24h d’études est propice à la réussite»,  mentionne-t-elle.

Par contre, Pier-Luc, un autre étudiant, a jugé ne pas avoir besoin d’être dans ce style d’énergie pour pouvoir effectuer des travaux scolaires ou étudier. Il se dit mieux dans son environnement pour procéder à ses révisions et à son travail. «Étudier quand il y a des gens qui parlent ou qui bougent autour, ça me déconcentre. Je préfère utiliser le confort de mon salon pour être certain de ne pas perdre ma concentration», raconte-t-il.

Une réussite selon l’AGE

«Nous avons suivi le même ordre d’idée que les années précédentes. Il y a eu autant de participation que les autres éditions. La salle était plus calme le matin mais elle ne tardait pas à s’emplir au courant de la journée. Les étudiants ont quitté le 1012 vers 3h du matin. C’est approximativement à la même heure que pendant les éditions précédentes. Nous sommes, encore une fois, très satisfaits du 24h d’études et nous comptons bien sûr continuer l’activité pour les prochaines sessions.», affirme Malick Diagne, ancien vice-président aux communications de l’AGE, qui était en tête du projet.

«Plusieurs étudiants nous ont même dit qu’ils aimeraient avoir une prolongation de l’activité. Certains d’entre eux nous ont même proposé de la rallonger sur une semaine complète au lieu d’une journée. C’est toujours agréable de voir que les gens apprécient. Nos efforts ont donc valu la peine», poursuit-il. L’association générale des étudiants (AGE) célébrait sa 3e édition des 24h d’études.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici