Activez votre santé: Quand les calories s’en mêlent!

0

Les gens qui sont en processus de perte de poids ou en maintien connaissent l’importance de vérifier les calories des aliments que l’on consomme, plus spécifiquement celles qui viennent des produits préparés et vendus en magasin. Cependant, même en connaissant leur existence, on est loin de savoir ce que ces petites bêtes mangent en hiver. Nous allons donc tenter de faire leur connaissance!

Premièrement, il est bon de savoir ce qu’est une calorie. Il s’agit de l’unité de mesure de l’énergie nécessaire pour élever la température d’un gramme d’eau de 1°C. La chaleur produite est de l’énergie, et c’est cette énergie qui est mesurée en calories. Autrement dit, c’est une façon de mesurer ce que l’on dépense lors d’efforts physiques, mais aussi pour garder en bon état nos fonctions vitales.

Le métabolisme de repos

Prenons l’exemple d’une journée typiquement inactive où on reste assis devant notre téléviseur durant plusieurs heures consécutives; à ce moment, il est question de métabolisme de repos. Le simple fait de respirer et de garder notre cœur et les cellules de notre corps actifs demande de l’énergie.

Cette dépense sera différente d’un individu à l’autre. Certaines personnes auront un métabolisme de repos plus élevé, donc même en étant inactives, elles dépenseront plus d’énergie qu’une autre personne. Certains facteurs tels que la génétique, le poids corporel, la masse musculaire, le sexe, l’âge et certains problèmes de santé peuvent influencer notre métabolisme.

La dépense au quotidien

Un autre concept est quand on parle d’énergie dépensée de façon quotidienne. Le fait de consommer des aliments demande de l’énergie. Cette dépense porte le nom de «thermogénèse des aliments». Cela correspond à la quantité de chaleur qui est déployée pour digérer la nourriture que l’on absorbe. Certains aliments augmentent le cout énergétique plus que d’autres, mais de façon générale, on peut estimer une dépense de 5 à 10% des calories ingérées. Par exemple, si je consomme un aliment qui contient 100 calories, je dépenserai entre cinq et dix calories pour le digérer et l’absorber.

Si on ajoute à cela la dépense de calories des journées où nous sommes actifs, c’est là que la chose devient intéressante pour les gens qui sont en perte de poids. De simples activités telles que travailler en position debout, marcher, faire des tâches ménagères, jouer avec nos enfants et même le fait d’étudier ou de faire un travail intellectuel nous permet de dépenser des calories supplémentaires. Celles-ci s’additionnent à celles de notre métabolisme de repos et à celles de la thermogénèse des aliments. Si on n’est pas en mesure de dépenser au minimum l’énergie que l’on absorbe avec notre alimentation, on prendrait constamment du poids.

Choix ou hasard?

Une personne qui vise une perte de poids aura deux choix. Soit elle diminue son apport calorique via les aliments qu’elle consomme, soit elle augmente sa dépense calorique au quotidien. Bien sûr, le fait de combiner les deux augmente significativement le succès d’une perte de poids.

Je voudrais déjà éclaircir un point. À plusieurs reprises, des clients venaient me consulter pour une perte de poids et me disaient qu’ils avaient une «bonne» alimentation et qu’ils étaient actifs via leur travail et leurs tâches quotidiennes. Souvent, les gens souhaitent qu’on leur apporte une solution facile en croyant que ce qu’ils font est déjà correct en soi, mais c’est là que j’interviens et que je pète leur balloune. Si une personne a accumulé des graisses, et bien ce n’est pas par magie ou par hasard, c’est tout simplement en lien avec les concepts de dépense et d’apport de calories.

Si une personne a accumulé des graisses, et bien ce n’est pas par magie ou par hasard.

Pour inverser ce processus de prise de poids, il faut créer un déficit de calories. Pour y parvenir, il faut apporter des changements dans notre alimentation et dans notre mode de vie, mais surtout toujours garder en tête que ces changements doivent être faits à long terme. Il faut alors se tenir loin de tout ce qui semble draconien et irréaliste sur du long terme.

Bouger, pas seulement une corvée!

Afin de fixer nos objectifs et nos choix à plus long terme, il faut s’attarder à un concept qui est selon moi primordial: le PLAISIR! Donnez-vous le droit d’essayer plusieurs activités physiques pour trouver ce qui vous plait et ce qui vous stimule le plus. Si le fait de marcher sur votre tapis roulant dans votre sous-sol devient une corvée, changez d’activité. Pourquoi ne pas sortir de vos sentiers battus pour aller tester l’escalade, la marche en montagne, le ski alpin, le ski nautique, la danse, les arts martiaux, les sports d’équipe, l’équitation ou même le gym du coin qui offre des cours en groupe? Vous vous trouvez trop vieux, trop pesant, trop timide, pas assez bon? Vous manquez de temps, d’argent ou de volonté? Mettez le doigt sur ce qui vous freine dans vos objectifs, vous pourrez par la suite développer des tactiques pour vous permettre de changer les choses dans votre quotidien et de maximiser votre dépense de calories.

Maintenant que l’on comprend mieux le concept des calories, du métabolisme de repos et de la thermogénèse des aliments dans le rôle de la perte de poids, et que l’on comprend aussi que pour favoriser la perte de poids, il faut s’ajouter des activités physiques et certaines modifications via notre alimentation. C’est à nous de JOUER!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here