Association générale des étudiants: Pas de privatisation pour la Chasse Galerie

0
La Chasse Galerie ne deviendra pas une entreprise privée. Photo: M. Lortie
La Chasse Galerie ne deviendra pas une entreprise privée. Photo: M. Lortie

C’est dans une lettre d’opinion parue anonymement le 6 février dernier sur la page Facebook «Mouvement étudiant .info» que l’information était sortie, tel un pavé dans la marre. On y parlait notamment de faire de la Chasse Galerie une entreprise à profit. Information fondée ou simple bruit de couloir? Le président de l’Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières (AGE UQTR), Mathieu Roy, revient sur les statuts et règlements du café-bar de l’UQTR.

Tout d’abord, il faut savoir que l’AGE UQTR est enregistrée en tant qu’organisation à but non lucratif (OBNL), tout comme la Chasse Galerie et la Halte Garderie, qu’elle comprend. La Chasse Galerie n’a aucune d’interdiction de demander à devenir un établissement rentable dans le sens où elle pourrait s’aligner sur les prix des bars du centre-ville et pourrait vendre la bière 8$ et aurait pour but de faire une marge de profit très forte. Pour privatiser la Chasse Galerie, il faudrait donc l’enregistrer autrement, ce qui n’est pas envisagé en ce moment par l’association étudiante.

Le sujet a été discuté au dernier conseil d’administration de l’AGE UQTR. Il a en effet été demandé si la Chasse Galerie était un service de l’association ou si elle devait être rentable et donc rapporter de l’argent. Mathieu Roy explique ce questionnement sur le statut de la Chasse Galerie. «Le dilemme ici, est de savoir quel est le statut de la Chasse Galerie. Est-ce que ça doit être un service offert aux étudiants, financé par l’AGE et offrant des évènements culturels ou alors est-ce que la Chasse Galerie devrait avoir une vision plus entrepreneuriale, où à chaque fin de mois il y aurait une entrée financière?»

Bien que la question ait été abordée en conseil d’administration, le président est clair quant aux rumeurs entendues et véhiculées sur les réseaux sociaux, «on ne veut clairement pas privatiser la Chasse Galerie».

Un service avant tout

Comme le rappelle Mathieu Roy, la mission de la Chasse Galerie depuis le départ est d’avoir un rapport qualité-prix excellent, avec une marge de profit qui doit rester minimale. Rappelons que le changement de traiteur en début d’année avait été fait pour cette raison.

Si un jour le C.A. réclamait une rentabilité de la Chasse Galerie, l’AGE UQTR n’aurait pas d’autre choix que de se plier à cette exigence, en trouvant d’autres moyens d’établir l’équilibre budgétaire. Il pourrait alors y avoir des coupures de personnel et une augmentation considérable des prix. Mais ce n’est pour le moment pas à l’ordre du jour puisque lors du conseil d’administration du 15 février dernier, il a décidé de maintenir un déficit zéro, ou minimal, pour la Chasse Galerie afin qu’elle reste accessible et abordable, tout en offrant des sorties à moindre coût pour la communauté étudiante.

Comme le rappelle Mathieu Roy, la mission de la Chasse Galerie depuis le départ est d’avoir un rapport qualité-prix excellent.

Raison de plus pour ne pas privatiser

Enfin, la Chasse Galerie ne pourrait pas devenir une entité indépendante selon les ententes avec l’UQTR, qui exigent que l’AGE en soit la gestionnaire. L’AGE UQTR ne pourrait ainsi pas mettre le bar en vente afin qu’un gestionnaire privé reprenne l’activité.

Le seul moyen, selon Mathieu Roy, pour privatiser la Chasse Galerie serait de créer une société par action et que l’AGE soit détentrice de la seule action. Elle pourrait ainsi être privée, mais serait toujours gérée par l’AGE ce qui n’apporterait pas grand-chose de profitable et de bénéfique pour le café-bar et l’association.

De plus, l’université n’accepterait pas d’avoir une entreprise privée exploitant un service alimentaire sur le campus puisque c’est l’entreprise Sodexo qui s’est vue attribuer le contrat d’alimentation à l’université.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here