Table des Régions: Projet d’association nationale

0

Le week-end du 6,7 et 8 février, s’est tenue la Table des Régions, ici-même à Trois-Rivières, qui regroupe environ sept associations étudiantes des régions du Québec. Au programme de ce week-end, des prises de position contre l’austérité, mais aussi la création d’une association nationale.

Organisées depuis quelques années, le but premier de ces Table des régions est de voir quelles sont les difficultés et quelles solutions peuvent être apportées pour et par les différentes associations étudiantes qui y participent. Jean-René Leblanc, vice-président aux affaires sociopolitiques de l’Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières (AGE UQTR) décrit ces réunions comme une table d’entraide.

La création d’une association nationale a donc été discutée, elle qui se voudrait la plus démocratique possible en donnant à chaque association les mêmes pouvoirs et le même nombre de voix. «Le projet c’est que chacun aie sa voix, peu importe la grandeur de l’association et que l’on ne se retrouve pas comme par le passé dans une association où l’on se sente impuissant ou au contraire, une association trop laxiste», explique Jean-René Leblanc.

«Le projet c’est que chacun aie sa voix, peu importe la grandeur de l’association et que l’on ne se retrouve pas comme par le passé dans une association où l’on se sente impuissant ou au contraire, une association trop laxiste» – Jean-René Leblanc, vice-président aux affaires sociopolitiques de l’AGE UQTR

Ainsi lors du dernier conseil d’administration (C.A.) de l’AGE UQTR le 15 février dernier, le C.A. s’est prononcé pour que le conseil exécutif continue à travailler sur ce projet.

L’austérité au centre des discussions

Autre thème abordé durant cette fin de semaine: les coupes en éducation. Ainsi, les sept associations se sont positionnées contre l’austérité, mais souhaitent également dénoncer l’augmentation des frais de scolarité des étudiants français qui représente une portion importante de la population étudiante au Québec.  Cet enjeu se révèle d’autant plus important pour certaines universités comme à Rimouski, où il y a une grande partie de la population étudiante qui est Française.

Enfin, il a aussi été question du concept de Fonds des services de santé et d’éducation postsecondaire (FSSEP) qui sont basés sur le principe du Fonds des services de santé (FSS) et qui finance une partie du système de santé via les entreprises à grande masse salariale.

Le FSSEP reprendrait le même principe, mais en plus de financer une partie du système de santé, il financerait aussi une partie du système éducatif postsecondaire. Ce projet, amené par la Confédération des associations d’étudiants et étudiantes de l’Université Laval (CADEUL), date de 2010 et avait été repris et soutenu par l’AGE UQTR et les étudiants de l’UQTR lors d’une Assemblée générale en 2012.

La prochaine Table des régions aura lieu les 6, 7 et 8 mars, à Québec.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here