ATRUF : Ultimate — Une nouvelle discipline à l’horizon?

0
Publicité
Deux athlètes d’Ultimate en plein action. Photo : I. Couture

Apparu il y a près de cinquante ans, l’Ultimate (autrefois Ultimate Frisbee) est un sport qui gagne à être connu. Les ligues sont nombreuses et l’engouement est mondial pour ce sport spectaculaire qui n’a gardé de ses origines que le disque volant que se disputent les joueurs.

Lorsqu’on se donne la peine de voir un match d’Ultimate, on comprend rapidement que le fameux Frisbee, nom abandonné pour sa référence à une marque déposée, n’a plus rien à voir avec les échanges amicaux sur la plage! Et il se pourrait que l’Ultimate se taille un jour une place dans les programmes de sport d’élite universitaire.

Déjà, plusieurs universités ont leur propre équipe quelque peu marginale, car elle n’est officiellement reconnue par aucun établissement. Le format en 7×7 est disputé depuis peu et ce sera la première fois cet hiver que la ligue se poursuivra durant la saison hivernale en 4×4. Une série de tournois, soit trois dimanches entre le mois de septembre et novembre, est tenue à l’automne et constitue la Coupe Québec. «Les dernières coupes Québec ont été remportées par l’équipe masculine de Trois-Rivières, explique Jessie Grignon Tomàs, présidente de l’Association Trifluvienne d’Ultimate Frisbee (ATRUF). Les équipes qui s’affrontent proviennent principalement de Sherbrooke, Trois-Rivières, Montréal et Québec.»

Sans intégration au programme sportif de leur université, les athlètes sont entièrement responsables des frais encourus par leur sport. Ces programmes couvrent rarement tous les frais des athlètes, mais leur aide contribue à motiver les athlètes à se dépasser autant dans leur sport que dans leurs études. C’est donc dire que les actuels joueurs et joueuses d’Ultimate assument présentement pleinement leurs frais de location de plateaux pour les entrainements, leur équipement, leurs frais de déplacement lors des tournois et des frais d’inscription à une ligue ou d’adhésion à la fédération afin de pouvoir être assurés par celle-ci. Tout ça, pour représenter leur université et pratiquer leur sport préféré.

«Pour l’instant, l’Ultimate n’est pas encore considéré comme un sport universitaire au même titre que le volleyball ou le soccer», explique Marie-Ève Beauchemin, Trifluvienne expatriée pour les études à Sherbrooke où elle est la capitaine et entraineuse de l’équipe universitaire. Aucune équipe ne porte donc encore le nom de l’équipe sportive de son université.

Plusieurs universités ont leur propre équipe quelque peu marginale, car elle n’est officiellement reconnue par aucune institution.

Considérées comme des Clubs sportifs, ces équipes n’hésitent pas, par contre, à s’inspirer du nom sportif de leur université pour nommer leurs propres équipes. On obtient ainsi le Vert et Jaune de Sherbrooke et les Pablos (Patriotes + Diablos) de Trois-Rivières. Cela démontre bien le désir de ces athlètes de représenter leur région, un désir qui pourrait se réaliser plus rapidement qu’on le pense puisque l’Ultimate a déjà ses championnats canadiens. L’existence d’un circuit canadien montre bien le sérieux de ce sport émergent au Québec et peut donner de l’espoir à ses adeptes.

L’ATRUF recrutera sous peu pour sa saison d’hiver. Que vous soyez débutant, intermédiaire ou expert, il y a de la place pour tous et toutes. Votre curiosité est piquée? Visitez le site de l’association de Trois-Rivières à l’adresse suivante : www.ultimate3rivieres.org.

Chaque grande ville ou région a son association, facilement repérable sur Internet.

•••••

C’est quoi l’Ultimate?

  • L’Ultimate se joue à 7 contre 7 l’été à l’extérieur, et à 4 contre 4 l’hiver à l’intérieur.
  • L’Ultimate se joue sur un terrain de 110 m par 37 m à l’extérieur et de 30 m par 20 m à l’intérieur.
  • Pour tout équipement, il faut des souliers cloutés, des vêtements confortables et un frisbee réglementaire de 175g.
  • Pour compter des points, il faut attraper le disque dans la zone d’en-but, tout comme on le fait avec le ballon au football américain.
  • On ne peut marcher lorsqu’on a le disque en main.
  • Le disque en main, on a dix secondes, comptées par un adversaire nous surveillant, pour faire une passe à un coéquipier.
  • Le temps, un nombre de points ou un écart de points importants détermine la fin d’un match, dépendamment des ligues.
  • L’Ultimate est un jeu sans contacts.
  • Il n’y a aucun arbitre, car tout le monde est arbitre! C’est à chacun d’appeler les fautes qu’il observe.
  • Conséquemment, l’esprit sportif est une composante très importante de l’Ultimate. Évalué lors de chaque match, il a souvent une influence sur le classement des équipes, ce qui les incite donc à ne pas appeler des fautes qui n’en sont pas, seulement pour avantager sa propre équipe.
  • Outre le revers que tous utilisent à la plage, il y a au-delà d’une dizaine de façons de lancer un frisbee.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici