Concours d’affiches scientifiques 2014: La vulgarisation d’une recherche plurielle et gratifiante

0
Publicité
Sur place, les affiches de tous les kiosques témoignaient de la variété des sujets traités par chaque participant. Photo: D. A. Ramisahanitra
Sur place, les affiches de tous les kiosques témoignaient de la variété des sujets traités par chaque participant. Photo: D. A. Ramisahanitra

La 21e édition du concours d’affiches scientifiques de l’UQTR s’est tenue les 26 et 27 mars derniers. Cent vingt-trois étudiants de cycles et de programmes différents ont exposé leurs affiches scientifiques présentant l’avancement d’un projet de recherche en cours ou le fruit de leurs travaux achevés. La sélection des affiches s’est faite en deux étapes et les 29 finalistes ont été exposés dans le hall Gilles-Boulet dans la matinée du 27 mars.

Comme tous les ans, le concours d’affiches scientifiques vise la vulgarisation scientifique des travaux des étudiants-chercheurs de tous les cycles d’études. En effet, c’est une occasion pour les étudiants de partager leurs passions à travers leurs affiches thématiques. «La présentation par affiche est un exercice ardu de vulgarisation scientifique, même pour les chercheurs expérimentés», précise Sylvain Delisle, vice-recteur aux études et à la formation.

Des comités par programme et par cycle d’études ont évalué les affiches des exposants. Le public avait aussi son mot à dire via un coupon de vote pour le prix Julian Gruda, attribué à l’affiche qui a conquis le cœur du public. L’œuvre d’Emmanuelle Hoarau a ainsi été remise à Laura Marcela Mendoza en guise de prix. Les prix Doyen – cycles supérieurs ont été décernés à Olivier Champagne-Poirier en sciences humaines et sociales, à Luc Farly en sciences naturelles et génie et à Jacques Abboud en sciences de la santé. Les prix Doyen – premier cycle ont quant à eux été remis à Nicolas Gilbert en sciences naturelles et génie, à Frédérike Carrier-Toutant en sciences de la santé et à Maxime Demers-Renaud en sciences humaines et sociales.

Multiples horizons disciplinaires

Les étudiants-exposants provenaient de multiples horizons disciplinaires. Sur place, les affiches de tous les kiosques témoignaient de la variété des sujets traités par chaque participant. Marie-Gabrielle Pettigrew, étudiante en psychologie, a exposé avec enthousiasme une affiche présentant une étude des habitudes d’utilisation des écrans par les enfants. Elle explique que «l’objectif de sa recherche est de documenter les effets de l’utilisation des écrans sur le développement affectif et intellectuel des enfants du point de vue d’environ deux cents parents». Luc Foleu, doctorant en administration des affaires, a choisi d’examiner la sensibilité des dirigeants de PME camerounais et des dirigeants de PME québécois envers la notion de développement durable à travers les dimensions économique, sociale et environnementale. Une étudiante en communication sociale révèle quant à elle que c’est la deuxième fois qu’elle participe à cet évènement, mais cette fois-ci en tant qu’auteure et non en tant que membre de l’équipe de recherche.

«Faire de la recherche n’est pas toujours une partie de plaisir, c’est un pèlerinage dans le monde de la construction de savoir.» -Sylvain Delisle

Accomplissement personnel

Pour tous les participants, un évènement de cette envergure est synonyme d’accomplissement personnel, car il a permis de vivre l’expérience de transmission de savoirs et de diffusion de recherche. Projets terminés ou en cours, tous sont allés pour présenter les fruits des cogitations et des recherches derrière les portes closes. «Cet évènement permet de voir le grand dynamisme au sein de l’UQTR et la qualité de la relève scientifique», raconte Monsieur Delisle.

Être un chercheur exige un travail de dur labeur, mais dont la finalité est gratifiante: «Faire de la recherche n’est pas toujours une partie de plaisir, c’est un pèlerinage dans le monde de la construction de savoir», souligne le Monsieur Delisle. Par le biais de leurs affiches, les étudiants ont permis une accessibilité des savoirs complexes qui exigent un esprit de synthèse développé et une connaissance approfondie du sujet. Outre le fait que les participants pourront indiquer cette expérience scientifique dans leur curriculum vitae, elle ouvre aux étudiants les portes des congrès nationaux et internationaux. «L’évènement qu’est le Concours d’affiches scientifiques peut cultiver le gout des étudiants de poursuivre intensivement dans le monde de la recherche», a conclu Colette Jourdan-Ionescu, présidente d’honneur de cette édition 2014.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici