Entre les deux pôles: L’élévation de l’autre

0
815
LUITR-2019_A2019.png
Photo: Mathieu Plante
Photo: Mathieu Plante

La capacité d’élever une autre personne peut avoir plusieurs effets bénéfiques personnels, relationnels et collectifs. Une grande variété d’éléments sert à alimenter chez un individu cette capacité à élever autrui, par exemple un juste niveau d’estime et de connaissance de soi, le dévouement et le respect.

Il est possible au cours de la vie de porter divers chapeaux, correspondant à différents rôles selon les lieux et époques. Parmi ceux-ci, il y a le rôle de la transmission de la confiance et du développement sain de chaque individu, afin de les aider à atteindre leur potentiel. Oui, plusieurs personnes sont naturellement plus audacieuses, curieuses ou ouvertes que d’autres et sont naturellement avantagées par leur personnalité à puiser aisément dans leurs ressources pour avancer.

Cependant, puisque les humains sont généralement des êtres sociaux, il demeure essentiel de tenir compte de l’influence des autres dans leur capacité à développer leur connaissance, s’explorer et s’améliorer dès l’enfance. Ce n’est pas sans raison que l’expression «élever un enfant» existe. Il s’agit de la capacité à permettre à la génération suivante de déployer ses talents à sa juste mesure, s’épanouir selon ses propres intérêts et vivre une vie satisfaisante.

Selon le niveau d’élévation des figures parentales et substituts face à la génération suivante, ces relations auront un impact plus ou moins significatif dans le développement d’une personne, afin d’être en mesure de s’élever par elle-même de manière plus ou moins équilibrée.

Lorsqu’un parent laisse son jeune enfant s’intéresser à ce qui attire sa curiosité et son enthousiasme dans la vie (à condition qu’il s’agisse de quelque chose de sain), il s’agit déjà d’une première façon de favoriser l’élévation. Alors qu’au contraire, si un garçon souhaite jouer au baseball en tant que lanceur et que son père lui impose une autre position en raison de ses choix et désirs personnels, cela ne laissera pas tout la place au déploiement du potentiel de cet enfant. Ce type de situation peut même avoir pour effet de diminuer son intérêt pour l’activité.

La capacité d’élever autrui peut donc impliquer le dévouement, afin d’accompagner l’autre dans son épanouissement et son propre dépassement. Nous espérons qu’une mère qui élève adéquatement son bébé en répondant à ses besoins de base le fera naturellement, sans attendre quoi que ce soit de l’enfant en retour. La même chose se produit lorsqu’un mentor accompagne son élève et lui partage ses connaissances sans attendre impatiemment un retour de la balance. Son dévouement dépasse les attentes envers l’environnement et lui permet de se détacher de ses besoins personnels pour être complètement disponible à élever l’élève dans son parcours d’apprentissage.

Faire preuve d’humilité demeure un élément incontournable pour être en mesure d’élever autrui et de s’élever soi-même.

Même si elle est importante dans les relations interpersonnelles, l’élévation d’autrui n’est cependant pas limitée à un aspect individuel. Elle peut aussi avoir lieu à un niveau plus large et collectif. Prenons l’exemple d’une personne donnant de son temps ou de son argent pour soutenir la recherche dans le traitement d’une maladie incurable, ou un conférencier qui participe gratuitement à une activité par passion pour son domaine. Cette énergie peut devenir contagieuse et transmise à la société.

Certains maitres de leur discipline peuvent s’impliquer pour une cause afin de favoriser l’élévation de la connaissance d’un groupe, sans tenir compte prioritairement d’incitatifs externes en retour (ex : matériel, logistique, etc.). Ces éléments externes peuvent continuer à garder une place, mais devenir secondaires. Vous verrez des personnes qui feront preuve de dévouement pour aider à élever le monde, au travers de causes humanitaires, de projets collectifs, d’implications pour des fondations, de dons de bienfaisance et/ou de bénévolat qui impliqueront beaucoup de personnes. Cela peut aussi avoir lieu dans des milieux de travail variés et des organismes.

La même chose se produit lorsqu’un mentor accompagne son élève et lui partage ses connaissances sans attendre impatiemment un retour de la balance.

Soulignons que le respect est une valeur fondamentale accompagnant la capacité d’élever autrui. Il est nécessaire de respecter les intérêts, les limites, les étapes de développement et les décisions d’autrui afin de pouvoir bien les aider à s’élever. Il est aussi intéressant d’avoir suffisamment de respect envers soi-même et ses propres limites, qualités et défauts, afin de pouvoir mieux respecter l’autre et d’être en mesure d’accepter qu’il n’est pas un prolongement de soi ou de ses propres désirs.

L’autre peut également être différent de soi et avoir ses propres goûts et intérêts. L’acceptation de cette réalité influencera la capacité d’un individu à être en mesure d’élever autrui à un niveau égal à lui-même, et non de le rabaisser lorsqu’il est contrarié. Cependant, n’oublions pas que malgré le désir d’une personne à vouloir aider l’élévation d’un autre individu, il ne sera pas toujours possible de le faire en raison de limites personnelles, intellectuelles et physiques possibles.

Par ailleurs, même s’ils ont un rôle déterminant dans l’élévation des plus jeunes, les plus grands maitres peuvent parfois se tromper face à leurs élèves et les parents peuvent également ne pas avoir raison face à leurs enfants. Faire preuve d’humilité demeure un élément incontournable pour être en mesure d’élever autrui et s’élever soi-même.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here