Home Chroniques La petite ténébreuse: Tueurs en série ⎯ Mary Bell

La petite ténébreuse: Tueurs en série ⎯ Mary Bell

0
La petite ténébreuse: Tueurs en série ⎯ Mary Bell
Mary Bell. Photo: Wikipedia
Mary Bell. Photo: Wikipedia
Mary Bell. Photo: Wikipedia

Vous aurez facilement remarqué que le domaine de la psychiatrie m’intéresse beaucoup. Les mystères de l’esprit humain et du raisonnement m’ont toujours fascinée. J’ai une fascination sans bornes face à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et des camps d’extermination et de concentration nazis. Comment la vision d’un seul homme et de son entourage a-t-elle pu mener au plus grand massacre de masse de l’histoire du monde moderne? Qu’est-ce qui se passe dans la tête de certaines personnes qui les fait penser différemment de la masse? Pourquoi une personne est-elle capable de commettre un meurtre de sang froid et un autre ne pourra jamais faire de mal à une mouche?

J’ai donc eu l’idée de faire une série sur les tueurs en série. Car s’il existe des cerveaux fascinants, ne sont-ce pas ceux des tueurs en série? Pour ce numéro, je m’intéresse au cas de Mary Bell.

Le cas de Mary Bell aurait pu passer inaperçu si la tueuse en devenir avait été une adulte. Cependant, Mary n’avait que dix ans lors de son premier meurtre. Oui, vous avez bien lu: dix ans! Le 25 mai 1968, quelques jours avant son onzième anniversaire, elle étrangle le petit Martin Brown, âgé d’à peine quatre ans.

Enfance difficile

Née à Newcastle, en Angleterre, Mary Bell provient d’une famille dysfonctionnelle. Sa mère est une prostituée et son père est inconnu. De par son métier, sa mère doit souvent s’absenter pour travailler, laissant la jeune Mary seule à son triste sort. Selon certains proches, Mary n’était pas une enfant voulue et sa mère, Betty, aurait tenté à quelques reprises de la tuer en faisant passer le tout pour un accident. Inutile de mentionner que la relation mère-fille n’était pas très bonne, voire inexistante. En plus d’être quasi-invisible dans la vie de Mary, sa mère la force à commettre des actes sexuels avec ses clients dès l’âge de quatre ans. En somme, la petite Mary n’a pas eu de chance dès la naissance et l’absence de figure parentale l’a menée à tenter par tous les moyens d’attirer l’attention des adultes… elle était prête à tout, même à tuer.

Les horribles meurtres

Le cas de Mary Bell aurait pu passer inaperçu si la tueuse en devenir avait été une adulte. Cependant, Mary n’avait que dix ans lors de son premier meurtre. Oui, vous avez bien lu: dix ans! Le 25 mai 1968, quelques jours avant son onzième anniversaire, elle étrangle le petit Martin Brown, âgé d’à peine quatre ans. Par la suite, Mary se dote d’une complice, Norma, aussi jeune qu’elle. Les deux fillettes cambriolent et vandalisent l’école maternelle. Elles prennent soin d’y laisser des notes anonymes revendiquant l’assassinat de Martin Brown. Deux mois seulement après le meurtre du jeune Brown, Mary et Norma tueront un autre garçon, de trois ans cette fois, Brian Howe. Elles l’étranglent et quittent le lieu du crime. Elles reviendront plus tard pour taillader la lettre N à laquelle s’ajoutera un empattement pour créer la lettre M sur l’abdomen du petit, avec une lame de rasoir. Elles couperont ses cheveux avec des ciseaux, lui égratigneront les jambes et utiliseront les mêmes ciseaux pour scarifier le pénis du garçon. Mary et Norma seront arrêtées au mois d’août 1968. Le meurtre de Martin Brown fut d’abord déclaré comme une mort accidentelle, avant de le lier au meurtre de Brian Howe.

Qu’est-ce qui se passe dans la tête de certaines personnes qui les fait penser différemment de la masse? Pourquoi une personne est-elle capable de commettre un meurtre de sang froid et un autre ne pourra jamais faire de mal à une mouche?

Sentence

Quatre mois après son arrestation, Norma sera acquittée et Mary Bell est reconnue coupable d’homicide involontaire avec responsabilité atténuée. Le jury a pris en considération le diagnostic des psychiatres ayant témoignés au procès. Ils affirment que Mary présente des symptômes classiques de psychopathie. Bref, une psychopathe en devenir. Le juge mentionne qu’elle représente un grand danger pour les autres enfants. Elle est condamnée à la prison à perpétuité. Elle commencera sa peine dans une institution pour jeunes délinquants et sera ensuite transférée dans une prison pour adultes. Douze ans après avoir été condamnée, Mary Bell sera relâchée et l’anonymat lui sera prévalu. Dès 1980, cette jeune femme, âgée de 22 ans, sera libre de commencer une nouvelle vie. Elle aura une fille, en 1984. Cette dernière ignorera tout du passé sordide de sa mère, jusqu’à ce que des journalistes découvrent l’emplacement de Mary Bell, en 1998. Dès lors, Bell retournera en cour pour obtenir une prolongation de la protection de leurs identités.

Pour en savoir plus: Une si jolie petite fille, les crimes de Mary Bell, ouvrage écrit par Gitta Sereny en 2016.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here