La p’tite vite: Amitié, intimité et pudding chômeur

0
1146
bandeau-COOPSCO-final_01
Photo: Mathieu Plante
Photo: Mathieu Plante

L’attente de l’être cher est insoutenable. Ça fait si longtemps… Soudain, dans un ralenti surréel, vos regards se croisent, les visages s’illuminent. Enfin, votre meilleure amie est là! Allons manger du pudding! Heu, non, bien sûr! Toutefois, attirés comme deux aimants, les corps se rapprochent jusqu’à entrer en contact dans une étreinte empreinte de douceur et d’affection partagée: «Ah! Comme tu m’as manqué, mon amie!»

Non, il ne s’agit pas ici d’une scène culte de l’un de ces films à l’eau de rose ou d’une comédie musicale à la Walt Disney, mais bien d’une belle et véritable relation d’amitié entre un homme et une femme. Oui, oui, c’est possible!

Assurément, du haut de vos esprits tordus, vous soutiendrez peut-être l’une des hypothèses suivantes: «il ou elle est gai(e) et l’autre pas» ou encore «ce sont des amis avec bénéfices» (ce qu’on appelle familièrement fuck friends). Sachez, conglomérat d’obsédés que j’adore, que l’intimité physique est tout à fait viable sans sexualité.

Les hommes et les femmes peuvent-ils être amis?

Selon une grande proportion des répondants d’une étude de l’université d’Oxford sur le rôle du genre dans la perception des normes dans les relations d’amitié (81,6%), la réponse serait «oui». Par ailleurs, il y aurait quelques petites différences en ce qui concerne la perception d’une «transgression des normes d’amitiés» selon le genre. Lesdites normes étudiées sont, entre autres: l’annulations d’activités, les baisers sur la joue, ne pas défendre l’autre en public, révéler des confidences ou encore ne pas se confier à l’autre (traduction libre, Felmlee, Sweet, & Sinclair, 2012).

La sincérité est selon moi l’ingrédient essentielle de l’amitié!

Malgré tout, ces différences ne semblent pas suffisamment importantes et fascinantes pour en faire l’objet de ma chronique. En gros, tout cela pour dire que c’est possible, l’amitié entre hommes et femmes!

Puisque je ne vous réchaufferai pas le cœur avec ma description exhaustive d’une étude scientifique, je le ferai par ma deuxième meilleure compétence (juste après le macramé extrême), soit la «popote». Pas de quoi en faire un fromage… mais peut-être du pudding?

Ma recette magique de «pudding chômeur».

Mon inspiration, en ce qui concerne les ingrédients de ma recette, me vient d’un document publié par le département de psychologie de L’Université de Sherbrooke, intitulé «L’amitié».

Donc, pour une amitié toute en légèreté platonique avec son coulis d’amour et d’intimité, vous aurez besoin: d’engament, de confiance, d’honnêteté et de confidence (au goût). Toutefois, j’ajouterais également une belle grosse dose de sincérité et une subtile touche de proximité physique. Eh oui, j’aime mes desserts un tantinet salés.

L’engagement réfère à la notion de loyauté envers l’ami en question, mais aussi envers la relation en elle-même. Cette notion rappelle la légendaire fidélité dans les relations amoureuses et, à quelques égards près, elles sont très semblables. Toutefois, il est socialement plus acceptable que nous ayons plusieurs amis et non plusieurs partenaires amoureux. Encore là, tout dépend des relations amoureuses, ainsi que du type d’amitié.

Non, il ne s’agit pas ici d’une scène culte de l’un de ces films à l’eau de rose ou d’une comédie musicale à la Walt Disney…

La sincérité est selon moi l’ingrédient essentiel de l’amitié. En quelque sorte, la sauce brune et sucrée du pudding. Elle lie les ingrédients ensemble et rend le tout… magique! En amour ou en amitié, la sincérité est ce petit plus qui rend les choses belles. Par exemple, manger une banane ou du melon d’eau avec sincérité est particulièrement jouissif! Par ailleurs, j’ajouterais qu’une communication sincère et efficace est essentielle. Plus particulièrement, lorsque la notion d’intimité émotionnelle et physique est en jeu.

En effet, l’intimité physique (câlins, accolades, baisers sur les joues, caresses, etc.) est une question délicate qui possède des limites variables selon différents facteurs propres à chacun. Elle n’est pas sexuellement intrinsèque, bien qu’elle y soit fortement associée, au point où parfois, il peut être difficile de tracer une ligne claire et précise. Un câlin trop pressant, un baiser qui rate sa cible, et hop, on a basculé sans le savoir dans le côté obscur de la force.

Puisqu’il faut conclure…

N’oublions jamais que l’humain est un être sexué et sexuel et qu’il a des pulsions inconscientes. Naturellement, là où il y a des pulsions, il peut y avoir du désir. Il n’y a bien sûr rien de mal là-dedans, toutefois il faut être prêt à y faire face et être capable de le gérer de façon adéquate. À ce stade, la relation amicale peut être ébranlée, voire remise en question. Une belle discussion devra avoir lieu afin de clarifier le tout. Toutefois, de préférence, à ne pas faire sur l’oreiller.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here