La p’tite vite: Au fait, c’est quoi l’amour?

6
949
bandeau-COOPSCO-final_01
Photo: David Ferron

Ah l’amour avec un grand A… On en rêve tous.tes. Il est raconté dans la fiction et dans la musique comme quelque chose de si exceptionnel et de si magique, la croyance étant que le « bon.ne » serait facilement détectable. Ces idéaux remplissent notre imaginaire collectif, sans même que nous nous en rendions compte. Il devient alors ardu de voir que l’amour, le vrai, n’est peut-être pas ce que l’on croit vraiment.

L’amour expliqué biologiquement

Tout d’abord, il est facile de se laisser berner par les sensations de notre corps en réponse à cette décharge d’émotions intenses pour de l’amour véritable. En effet, l’amour-passion est composé de quatre molécules qui prennent le contrôle du cerveau: la phényléthylamine, la dopamine, la norépinéphrine et l’adrénaline.

Celles-ci sont donc en cause durant les premiers émois d’une relation amoureuse, surtout lors d’un coup de foudre. Après 18 mois, il y en a de moins en moins, et après quatre ans, il n’y en a plus du tout.

plusieurs peuvent confondre la diminution de la sécrétion des molécules de l’amour-passion comme une diminution de l’amour.

Ainsi, plusieurs peuvent confondre la diminution de cette sécrétion de molécules comme une diminution de l’amour. Ils ont donc plus de difficulté à rester engagés dans une relation. Normand Voyer, un chimiste s’intéressant à l’amour, explique qu’il est reconnu que certains présentent une dépendance au coup de foudre. Ceux-ci vont donc souvent passer à la prochaine relation, avant même d’être au stade suivant.

Lors du stade suivant, c’est l’ocytocine qui est en cause, permettant ainsi l’attachement à l’autre. Celle-ci peut être sécrétée pendant des décennies. De plus, même sans cette hormone, l’endorphine peut être sécrétée lors des relations fusionnelles, permettant ainsi de soulager l’anxiété.

Il est certain qu’expliquer l’amour dans le couple uniquement avec la biologie serait erroné. Même si cela est intéressant pour comprendre comment nous réagissons, l’humain est un être complexe. Nos comportements sont influencés par plusieurs autres facteurs.

Le fait de rester avec quelqu’un pendant des années et d’être monogame peut s’expliquer de plusieurs façons, que ce soit par des pressions sociales, ou même la religion. Néanmoins, notre conception de ce qu’est l’amour a une très grande influence sur la manière dont nous allons aborder nos relations avec les autres.

Aimer… un art?

Je suis tombée plus ou moins par hasard sur le l’essai d’Erich Fromm, psychanalyste et sociologue, qui s’intitule L’art d’aimer. Même s’il a été publié en 1956, cet essai s’avère très intéressant et même toujours d’actualité en mon sens, puisque l’amour est encore un concept difficile à définir. En effet, définir ce qu’est l’amour est un défi datant de la nuit des temps, aussi cliché que cela puisse sonner.

Fromm explique que l’amour ne consiste pas seulement à un simple sentiment qui nous « tombe » dessus par hasard. En effet, l’amour se travaille et nécessite de l’effort, de la connaissance, mais aussi de la maturité. Ainsi, aimer est un défi, le sentiment que nous éprouvons pour l’autre n’est pas le seul aspect unique et important d’une relation.

L’amour se travaille et nécessite de l’effort, de la connaissance, mais aussi de la maturité. Ainsi, aimer est un défi.

Comme le titre de son ouvrage l’indique, l’amour peut être apprivoisé comme dans le fait d’apprendre n’importe quel art: la musique ou même la peinture. Il faut en prendre conscience, pour ensuite être en mesure de maîtriser la théorie de l’amour, et finalement la pratique de l’amour.

Plus facile à dire qu’à faire vous me dites? Effectivement, l’amour est l’apprentissage d’une vie. Il n’est cependant pas impossible d’y arriver. Par conséquent, être conscient des défis de l’amour s’avère un bon commencement.

Les éléments fondamentaux

L’amour est un concept assez abstrait. Néanmoins, il est composé d’éléments fondamentaux qui permettent de mieux le définir. Selon Fromm, ces éléments sont les suivants: la sollicitude, le respect, la responsabilité et la connaissance.

Il y a autant de concepts définissant l’amour que de définitions. Celle de Fromm met en évidence l’importance de faire des efforts pour l’autre, de se sentir concerné par ce qu’il vit, de respecter sa liberté et de le connaître dans ses moindres secrets. Il y a donc un semblant de vérité dans cette approche, même si elle n’est pas exhaustive.

S’aimer soi-même… et les autres

De plus, avant d’aimer les autres, il est primordial de s’aimer soi-même. Cela a déjà été répété à maintes reprises et je vous le dis encore. Pour s’ouvrir complètement à l’autre, il faut se connaître et s’accepter comme nous sommes réellement.

faire des efforts pour l’autre, de se sentir concerné par ce qu’il vit, de respecter sa liberté et de le connaître dans ses moindres secrets.

Pour Fromm, l’amour de l’autre n’est possible que si l’on aime les autres, la vie et soi-même. Si nous pouvons dire « je t’aime », nous devons être en mesure de dire « également en toi j’aime chacun, à travers toi j’aime le monde, en toi je m’aime également. »

Alors, c’est quoi l’amour finalement?

Encore difficile à définir, l’amour est un sentiment exceptionnel, parfois mené par différentes molécules. De plus, cela prend du travail pour construire une relation et un amour véritable. Il est primordial d’être en mesure d’aimer en général avant d’aimer une personne en particulier. Il reste encore plusieurs choses à dire sur l’amour, mais les mots manquent.

Sur ce, je vous laisse sur cet extrait de l’art d’aimer: « L’amour n’est possible que si deux personnes communiquent entre elles à partir du centre de leur existence… Qu’il y ait harmonie ou conflit, joie ou tristesse, c’est secondaire par rapport au fait fondamental que deux personnes se rejoignent à partir des profondeurs de leur existence. »

6 COMMENTAIRES

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here