La p’tite vite : Diversité sexuelle, comment s’y retrouver

1
187
Photo: David Ferron

Le fameux acronyme LGBTQIA2S+… Je suis à peu près certaine que plusieurs d’entre vous ne connaissent pas les définitions de chaque lettre. Je vous assure, vous n’êtes pas les seul.e.s. Cet acronyme se doit d’être démystifié, ainsi que plusieurs concepts par rapport à cette diversité sexuelle.

Homme, Femme, ou un mélange de tout ça?

Pour commencer, la vision binaire est archaïque. En effet, il faut maintenant voir cette réalité comme différents continuums, allant d’un opposé à l’autre. Il y a donc plusieurs possibilités pour se définir.

The Genderbread Person est un schéma explicatif et très bien fait expliquant ces différents continuums que peut prendre la diversité sexuelle. Étant libre de droits, il est repris par plusieurs organismes comme le JAG (Jeunes Adultes Gai.e.s) pour expliquer les différents concepts de l l’identité de genre, l’expression de genre, le sexe biologique et l’orientation sexuelle. En effet, ceux-ci sont tous interreliés, mais indépendants.

La vision binaire est archaïque. Il faut maintenant voir cette réalité comme différents continuums, allant d’un opposé à l’autre.

Ce que je ressens dans ma tête

Tout d’abord, l’identité de genre désigne comment la personne se définit dans sa tête par rapport au fait d’être un homme ou une femme. Ainsi, cela va beaucoup avec la manière dont la société définit le genre et l’interprétation que nous en faisons individuellement. Quelqu’un qui se définit avec un mélange des deux genres [NDLR : ou qui ne s’identifie à aucun des deux] est une personne non binaire.

Cette formation de l’identité de genre se fait vers l’âge de trois ans, et est influencée par l’environnement et les hormones. Très souvent, le sexe biologique va venir dicter cette identité de genre. Lorsqu’il y a une différence très marquée entre les deux, la personne est en dissonance. C’est en grande partie pour cette raison que celles-ci décident de changer de sexe biologique, pour refléter la manière dont il ou elle s’identifie. C’est la transsexualité.

Ce que je démontre aux autres

Ensuite, il y a l’expression du genre. Cela signifie la manière dont la personne se présente devant les autres par rapport à son genre. Les vêtements, le maquillage et le langage corporel entrent dans ce continuum. Par exemple, si je porte une robe, les autres vont interpréter que je suis une femme.

Cela peut changer au jour le jour, nous n’y pensons même pas. Si je décide de porter des joggings et un vieux t-shirt à mon cours du mardi matin au lieu d’une robe, cela veut-il dire que je ne suis plus une femme? Non, bien sûr. Mais je me situe un peu plus dans la partie «masculine» ce matin-là.

En revanche, si je porte une belle jupe pour sortir à la Chasse-Galerie, je me situe plutôt dans la partie «féminine» du continuum. C’est un exemple assez simple, mais selon ce que l’on dégage et des standards évoqués dans notre société, nous pouvons jouer dans ce continuum assez facilement. Quelqu’un qui se situe entre les deux de manière constante est une personne androgyne.

La manière dont nous exprimons notre genre peut changer au jour le jour.

Ce que j’ai entre mes deux jambes… entre autres

De plus, nous avons aussi le continuum pour le sexe biologique. Il n’est pas à proprement parlé instinctif de le voir ainsi, mais il y a certaines particularités.

Être une femme, c’est avoir un vagin, deux ovaires et les deux chromosomes X. En revanche, être un homme, c’est avoir un pénis, deux testicules et les chromosomes XY. Ainsi, parlons-nous vraiment d’un continuum?

En fait, oui. Certaines personnes peuvent être intersexuées, ce qui veut dire qu’iels ont des particularités des deux sexes biologiques. Par exemple, une personne peut avoir l’apparence d’un homme (a une pilosité, un pénis, etc.), mais a le système reproducteur d’une femme. Dépendant également de tout cela, le taux d’hormone peut être différent.

On pourrait penser que c’est assez rare, mais pas nécessairement. En effet, selon the Intersex Society of North America, une naissance sur 100 ne rentre pas dans la définition «parfaite» d’un sexe biologique aux États-Unis, ce n’est donc pas banal!

L’intersexualité est moins rare qu’on peut penser : selon une étude, une naissance sur 100 ne rentre pas dans la définition «parfaite» d’un sexe biologique aux États-Unis.

Ceux qui m’attirent sexuellement…

Finalement, le dernier continuum et non le moindre parle du concept d’orientation sexuelle et émotionnelle. Dans le premier, on inclut les termes les plus courants, comme l’homosexualité (lesbienne, gai) et l’hétérosexualité.

Kinsey a été au 20e siècle le pionnier quant à la représentation de l’orientation sexuelle avec un continuum. L’échelle qu’il a établie à la suite d’études sur la sexualité humaine comprend sept points; «0» étant exclusivement hétérosexuel, «3» étant autant hétérosexuelle qu’homosexuelle, et «7» étant exclusivement homosexuelle. Ainsi, la bisexualité se situe aux points «1» à «5». Il n’y a donc pas qu’une seule définition de la bisexualité.

Il y a aussi, dans la sphère de ce continuum le terme «pansexuel» qui signifie que la personne est attirée vers n’importe qui, indépendamment du genre ou du sexe.

…et émotionnellement

Il ne faut pas oublier les personnes asexuelles, qui ne ressentent aucune attirance sexuelle. Celles-ci peuvent alors développer une orientation romantique (ou pas). Comme le continuum des orientations sexuelles, les deux pôles opposés de l’attirance émotionnelle sont l’hétéroromantique ainsi que l’homoromantique.

Dans la sphère de l’asexualité se situe également la demisexualité, ce qui signifie que la personne n’éprouve d’attirance sexuelle qu’après avoir développé un lien émotionnel fort.

Ce que je suis en tant que personne

On se rend donc vite compte que l’être humain est plus complexe. Il n’y a pas une manière d’être, mais bien plusieurs. L’important, c’est de s’accepter et d’être bien dans sa peau.

Et finalement, pour égayer votre curiosité, l’acronyme du début comprend les termes Lesbienne, Gay, Bisexuel, Trans, Queer, Intersexe, Asexuel et Two-Spirit.


Compléments d’information :

Site du JAG sur la diversité, l’attirance et l’expression

The Genderbread Person, version française

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here