La p’tite vite: La séduction chimique — l’odeur au centre du désir sexuel

0
996
bandeau-COOPSCO-final_01

Le choix d’un partenaire amoureux ne résulte pas explicitement de l’apparence physique ou d’affinités diverses. C’est également une question de chimie. Et si les phéromones jouaient également un rôle prépondérant dans la sexualité humaine?

Bien entendu, de nombreux facteurs peuvent expliquer l’excitation ou l’attraction pour une personne. À cet effet, il faut comprendre que nous ne choisissons pas notre patrimoine génétique, au même titre que nous ne choisissons pas notre patrimoine excitatoire.

La plupart du temps, nos chemins d’excitation sont dus à des expériences fortuites, qui ont été significatives à un moment donné de notre vie. Le cerveau garde en mémoire les traces de toutes nos expériences vécues depuis la petite enfance, et module ainsi notre sexualité d’adulte.

En réalité, l’être humain possède la faculté de se forger une personnalité sexuelle pulsionnelle à travers ses observations et ses expériences. Il va de soi qu’au fil du temps, nous apprenons à nous connaitre et à savoir ce qui nous plait ou non chez un partenaire. Ainsi, nos choix deviennent plus éclairés lorsque vient le moment de choisir un partenaire.

Par ailleurs, l’homme est doté d’une intelligence supérieure, qui lui permet d’adhérer ou non à des pulsions qui le submergent. Dans ce cas, il est libre de choisir s’il assouvit ou non son désir sexuel avec la personne de son choix.

Il s’agit ici de l’un des éléments centraux qui différencient l’homme de l’animal. Le cerveau des êtres humains est en partie libéré des automatismes de l’instinct animal. Malheureusement, il existe bel et bien une exception chez l’homme, au point d’influer inconsciemment ses comportements sexuels.

En effet, même si nous affirmons avec certitude que l’homme est un être supérieur et distinct du monde animal, nous nous apercevons qu’il n’est pas toujours maître de lui-même. Selon plusieurs études scientifiques, les phéromones joueraient un rôle important lorsqu’il s’agit des comportements sexuels et du choix d’un partenaire.

Encore aujourd’hui, les études restent controversées à l’égard de ces molécules invisibles. Bien que leurs activités soient évidentes chez les animaux, il n’en demeure pas moins qu’elles restent encore mystérieuses chez l’être humain.

«L’odeur de l’amour»

Les phéromones, qui sont sécrétées par le corps, sont des hormones exocrines. Autrement dit, ces molécules délivrent un message, qui se dirige vers l’extérieur du corps, le plus souvent par les fluides corporels comme la salive, la transpiration ou encore l’urine.

En outre, les phéromones se localiseraient au niveau de l’organe voméronasal. Plus précisément, cet organe serait situé le long de la muqueuse respiratoire de la cloison nasale, et elle serait responsable de l’analyse des phéromones qui se trouvent dans l’environnement. Évidemment, le cerveau n’est jamais bien loin lorsqu’il s’agit d’hormones. Ne l’oublions pas, il s’agit de l’organe sexuel principal.

À cet effet, nous savons que l’organe voméronasal a des connexions nerveuses directes avec l’hypothalamus. Cette structure du cerveau joue un rôle fondamental dans l’expression du désir et dans les fonctions reproductives qui s’ensuivent. S’agit-il tout simplement d’un hasard? Eh bien non! On comprend, dès lors, le rôle des phéromones humaines dans la sexualité.

À cet égard, nous pouvons le constater, autant chez l’homme que l’animal, les phéromones sont, en quelque sorte, un moyen de communication entre individus semblables. Celles-ci agiraient directement sur nos comportements pour assurer la reproduction.

En effet, les phéromones joueraient un rôle important en transportant l’arrangement génétique et la santé d’un partenaire reproducteur potentiel. Elles auraient également un certain pouvoir sur notre jugement quant à notre choix de partenaire. Si bien que sous l’effet des phéromones, de nombreuses expériences ont prouvé que les participants ne choisissaient plus les mêmes partenaires.

«Quand votre couple est sensible à l’odeur»

On s’en doute, les phéromones peuvent également jouer un rôle dans la vie de couple. Pour ma part, il est sans aucun doute l’élément le plus important pour que mon excitation soit à son apogée. L’odeur naturelle de sa peau, agrémentée ou non d’un léger parfum enivrant, saura émoustiller mes désirs les plus fous.

Cependant, il est important de ne pas mélanger odeur corporelle et phéromones. Ces dernières sont formées d’un composé unique et commun à toute l’espèce, et ont le pouvoir de déclencher des comportements automatiques et stéréotypés. Au contraire, les odeurs corporelles sont des mélanges particulièrement complexes, variables d’une personne à l’autre, et permettent plutôt de véhiculer des informations diverses sur l’identité, l’état physiologique ou encore émotionnel de la personne.

Il est indéniable que l’être humain est bel et bien confronté à son instinct animal lorsque les phéromones sont de la partie.

Que nous le voulions ou non, il est indéniable que l’être humain est bel et bien confronté à son instinct animal lorsque les phéromones sont de la partie. Cet homme viril ou cette femme séduisante qui marche dans la rue, ce partenaire de travail aux délicates attentions, allumera votre désir.

Cependant, les phéromones ne provoqueraient que l’élan initial, voire le point de départ pour un futur à deux. Autrement dit, ces molécules volatiles viendraient aviver certaines zones du cerveau, mettant en alerte tous ses sens et dirigeant l’attention d’un individu vers ce partenaire potentiellement intéressant.

Malgré l’influence qu’exercent les phéromones sur le désir sexuel et le choix d’un partenaire, le vrai visage de l’amour est complexe, et il en résulte bien plus qu’une simple séduction chimique.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here