Lettre ouverte: Pour une relance économique verte et juste

0
marche climat relance verte sage-femme
Étudiantes en pratique sage-femmes lors de la grève pour le climat du 15 mars 2019 dernier.
De gauche à droite : Léa Rancourt, Anabel Gravel Chabot, Marylène Dussaut, Marguaux Cassivi et Alice Berthe. Crédit : Gracieuseté.

Lors des derniers mois, les gouvernements de ce monde ont su se montrer proactifs en ce qui concerne la crise de la COVID-19. En effet, il fut possible de constater que de grandes choses peuvent être accomplies, lorsque les autorités gouvernementales décident de considérer une situation en tant que crise. Néanmoins, voilà déjà plusieurs années que les scientifiques sonnent l’alarme en ce qui a trait à la crise climatique, mais nos dirigeants semblent indifférents.

À l’aube d’une relance économique, il est important de ne pas remettre en marche la machine de croissance destructrice. Il faut plutôt changer de cap en misant sur une relance économique verte et juste. Celle-ci ne peut se faire si des projets destructeurs, tels que GNL Québec, voient le jour. En effet, le temps est venu de réinventer le vivre-ensemble en créant un projet de société réaliste, soutenable et convivial. Le temps est venu de réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre et de vivre en fonction de nos besoins et ressources réelles. Ralentissons le rythme de la société, priorisons et encourageons les entreprises locales, tournons-nous vers des énergies renouvelables, entraidons-nous, travaillons et consommons moins, créons plus de liens et réduisons nos biens.

À la fin du mois de septembre, des milliers de citoyens sortiront dans les rues partout à travers le Québec, pancarte à la main, afin de crier haut et fort leur désir de changements. À Trois-Rivières, c’est le 25 septembre à 12h30 à la place Gilles-Boulet de l’UQTR que se rejoindront jeunes et moins jeunes afin de participer à une marche pour une relance économique verte ainsi qu’une justice climatique.

Allez, le temps est venu. Viens marcher avec nous.

Anne-Julie Morasse, militante pour la Coalition étudiante pour un virage environnemental et social (CEVES)

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here