ÉDITORIAL: L’humain approximatif ― Pas bonne année

1
1112
bandeau-COOPSCO-final_01

phototeam_samuelpedrobeauchemin1

Pour cette première édition 2017, je ne vous parlerai pas de résolutions. J’ai tout de même à cœur, comme vous le savez, la politique et la culture en général. Je ferai donc un petit récapitulatif de l’année très (très) condensé.

Je ne vous envoie aucun souhait, ni aucune «énergie positive». Le Nouvel An est une question de perspective humaine, et c’est surtout un choix de civilisation. Notre calendrier grégorien n’est pas un fait universel, désolé de «péter votre balloune» en votre début d’année. L’Afghanistan, par exemple, utilise le calendrier persan, tandis que le Viêt Nam a un calendrier lunaire et solaire. Mais pour le bien de l’exposé, j’utiliserai l’année 2016.

Climat de tensions ethniques et nationalistes

On aurait probablement pu lire quelque chose de similaire à la une des journaux des années 30. Je parle ici de la montée de mouvements d’extrême droite, alt-right inclus. Le populisme et les prises de positions nationalistes ont été un trait marquant de la scène politique internationale, à un point tel qu’en France, le 27 janvier 2016, Christiane Taubira, Garde des Sceaux (équivalent de ministre de la Justice), démissionne de son poste.

Même le PQ a réussi une fois de plus à ramener le débat identitaire sur la place publique lors de la course à la chefferie. Lisée sort grand vainqueur. Je soupçonne sa femme de l’avoir aidé grâce à de l’énergie cosmique quelconque. Pour poursuivre dans la lignée de 1930: il y a eu, dans la région de Québec, des belles petites parades de gars rasés avec des bottes militaires.

Le secret minceur du ministre Barrette enfin révélé…

Le retour du néo-libéralisme

Couillard a fait honneur au nom de son parti en se battant pour l’autonomie des gens, avec son crédo: «La pauvreté est un choix!» Sam Hamad, qui n’a pas inventé la roue à trois boutons, prend des vacances (se sauve) en Floride. La privatisation du système de santé et de l’éducation est à notre porte. La bouffe d’hôpital n’est plus comestible, quand on croyait qu’on ne pouvait pas faire pire. Le secret minceur du ministre Barrette enfin révélé!

Ce qui est bien en politique québécoise, c’est qu’il y a 50 partis souverainistes et deux à droite. Nathalie Normandeau se fait remplacer par Bernard Drainville. La police écoute les conversations de Patrick Lagacé, allô l’État policier! Néanmoins, on se sent en sécurité, parce que le SPVM affirme reconnaître la liberté d’expression. Finalement, on est bien, Couillard a littéralement sauvé le Québec…

Lise Ravary n’est plus

Non, elle n’est pas morte, elle n’est seulement plus féministe. 2016 est une année particulière pour le féminisme. On met enfin un mot sur l’impertinence de la gent masculine envers les femmes: la culture du viol.

Ce qu’il y a de paradoxal avec les gens soutenant cette thèse, c’est que ce sont souvent les mêmes qui nient la culture du viol.

Il y a aussi un peu de drama autour des toilettes mixtes. Il y a un «danger» selon certaines personnes. Un homme pourrait se déguiser en femme pour aller violer des femmes dans leur toilette… Ce qu’il y a de paradoxal avec les gens soutenant cette thèse, c’est que ce sont souvent les mêmes qui nient la culture du viol.

Safia Nolin «for president»

Tout le monde se souvient de sa robe flamboyante sur le tapis rouge et de son discours qui nous a tous fait pleurer. Moi non plus. Maintenant que j’ai votre attention, j’en profite pour parler des albums qui m’ont marqué cette année.

J’ai toujours rêvé de faire un classement, alors Top 3 (imaginez-vous avec la voix d’Yvan Ponton)!

Numéro 3: Klô Pelgag, j’ai vérifié cinq fois pour ne pas faire de fautes. Je dois avouer que quand je dis son nom, je prononce n’importe quoi. J’adore sa voix et son surréalisme.

Numéro 2: Antoine Corriveau, pour son style angoissant et ses textes bien écrits. Ses clips valent le coup d’œil.

Numéro 1: L’excellent Daniel Bélanger. Il est toujours dans le décor après plus de 20 ans de carrière, et n’a jamais eu peur de prendre des risques artistiques. Si vous ne me croyez pas, écoutez son album Déflaboxe. Sinon, son dernier album Paloma «torche».

Professeur Snape est mort!!!  

Fallait s’y attendre, tu ne peux pas tuer Dumbledore et penser qu’il n’y aura pas de conséquences. By the way, la liste est longue: Princesse Leia, Leonard Cohen (et son très bon dernier album, You Want It Darker), Prince, Bowie, j’en passe.

Il y a une mort artistique qui est vraiment passé inaperçue, c’est celle de Gianmaria Testa, un grand parolier italien que j’ai toujours comparé à Leonard Cohen. Curieux qu’ils soient morts la même année. Sa voix est magnifique, et il était très engagé auprès de la cause des migrants. Une grande perte. Mes dernières morts de l’année sont celles de Mohammad Ali et de Fidel Castro, que je garde pour un prochain article…

Sur ce, bonne année grégorienne!

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here