Matin-conférence Prévenir le suicide le plus tôt possible: accepter la souffrance et la partager

0
264
bandeau-COOPSCO-final_01
Matin-Conférence: Prévenir le suicide le plus tôt possible.
Crédit: Julien Boisvert.

Le 7 février dernier s’est déroulée, à l’Atrium Centre des études universitaires (C.E.U.) de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), une conférence dans l’esprit de la semaine de prévention contre le suicide.

Le conférencier invité, Marc-André Dufour, est psychologue clinicien et s’implique dans la prévention du suicide depuis 25 ans, ce qui lui a valu en 2017 le prix méritas Réjean-Marier de l’intervenant de l’année au Québec remis par l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS). M. Dufour travaille au Programme de soutien pour trauma et stress opérationnels des Forces armées canadiennes, à la base militaire de Valcartier. Il est également chroniqueur à l’émission Bien, sur la chaîne TVA.

C’est dans une ambiance détendue et à l’aide d’un discours teinté d’humour et de métaphores militaires que le conférencier a fait état de l’importance de la prévention du suicide, importance suffisante pour qu’il accepte, de temps à autre, de présenter des conférences sur le sujet malgré le stress qu’implique toute communication à un public.

À travers ses propos, il insiste tout particulièrement sur le partage des émotions et des souffrances. « Il faut réintégrer la souffrance dans nos vies, l’accepter, en parler, la partager », dit-il, en soulignant que la recherche du bonheur dans sa conception actuelle a contribué à rendre cet échange tabou, en plus d’être une cause de souffrance en soi.

« Il faut réintégrer la souffrance dans nos vies, l’accepter, en parler, la partager » Marc-André Dufour, psychologue clinicien et conférencier invité.

Le psychologue nous met en garde contre la croyance que le matérialisme ouvre les portes du bonheur « le bonheur tient à de petites choses, qu’il faut saisir en vol ». Les bons souvenirs peuvent aussi aider à traverser les périodes plus difficiles, mais il ne faut pas hésiter à chercher de l’aide pour partager ses souffrances ou à recommander des collègues ou des proches qui semblent souffrir à des organisations comme l’AQPS, qui sont là pour eux.

Organisé par le Comité Sentinelles de l’UQTR, l’événement a été couronné d’un franc succès, toutes les places prévues ou presque étant occupées. Le comité s’est dit « surpris et satisfait du grand nombre de participation », avant de remercier le public d’avoir assisté à cette conférence sur un sujet aussi important.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here