Qu’est-ce qu’un être humain?: Un Philosophe

0
1055
bandeau-COOPSCO-final_01

L’être humain est souvent défini comme un «homo sapiens», c’est-à-dire un être pour qui le savoir est fondamental pour survivre et être heureux. Le savoir ne concernera-t-il que le nombre de morts lors de la dernière tuerie? Que les calomnies les plus viles à propos de nos politiciens? La nature nous a donné un outil d’un pouvoir incroyable: notre cerveau. Qu’en ferons-nous?

Qu’est-ce que la philosophie?

Commençons par distinguer pseudo-philo et vraie philo. La pseudo-philo retient l’étymologie de «phila» qu’elle rend par amour (mot fourretout et vide), et «sophia» qu’elle traduit par sagesse, c’est-à-dire ce qui nous garde sages… face à la hiérarchie. Qu’est-ce que la vraie philosophie? «Philo» signifie ami ou attachement et «sophia» se traduit par savoir, connaissance. Alors, qu’est-ce qui constitue l’essentiel de la philo? Connaitre clairement de façon à agir efficacement. Si je ne comprends pas ce qui se passe, j’ai peur… et je ne sais comment réagir.

De la connaissance à l’idée

Quelle est la base physiologique de la philosophie? Le cerveau… plus précisément, le néocortex. Quel est le principal rôle de notre néocortex? Il produit des idées… jour et nuit. Quel est le lien entre l’idée et la connaissance? L’idée est à la connaissance ce que l’atome est à la matière: l’élément de base. Ensuite, qu’est-ce qu’une idée? Pour mieux comprendre, représentons-nous un édifice à trois étages. Au premier étage, idée vient de «idein» qui signifie voir. Donc, une idée, c’est d’abord ce que je vois. Par exemple, je vois un chien. Deuxième étage, une idée simple. Quand le chien est hors de ma vue, je m’en fais une représentation. Enfin, troisième étage, une idée abstraite. Quand j’ai vu Fido, Médor, Rintintin et une ribambelle de leurs semblables, j’ai une idée abstraite de la gent canine.

Qu’est-ce qui mène le monde?

Une jeune femme, Peggy Terry, disait «avoir déjà vécu la moitié de sa vie et ne pas se rendre compte qu’on est en train de se faire manipuler, c’est triste et un peu effrayant.» Comment nous manipule-t-on? Par des idées. Nos comportements sont basés sur les idées. Quand quelqu’un nous inculque des idées, c’est comme s’il tirait les ficelles en coulisse. Alors, qui tire les ficelles… du pantin que nous devenons? Ce sont les institutions religieuses, les médias, quand ils nous inculquent leurs idées. Prenons les États-Unis: 2/3 des jeunes femmes sont sujettes à des troubles alimentaires. Quelle est la source de ce dysfonctionnement?  L’inconscient comme aurait supposé Freud? Ou une idée qui valorise l’extrême maigreur? N’avons-nous pas avantage à prendre conscience que le pouvoir des idées est le plus important des pouvoirs?

Qu’est-ce que l’idéologie?

Au sens strict, c’est l’étude des idées, ce qui équivaut au savoir des savoirs, au savoir radical. Au sens large, c’est un ensemble d’idées qui permet d’expliquer le monde, l’être humain, la sexualité, etc. Alors, si une idée peut suffire à transformer une vie, l’idéologie ne serait-elle pas 100 fois plus puissante… puisqu’elle touche à tous les domaines? La contrepartie, c’est qu’elle est un système qui peut nous faire agir à notre insu. Prenons l’exemple de M. Shafia… cet homme qui, avec l’aide de son fils et de sa femme, a tué trois de ses filles: a-t-il réfléchi lucidement en se disant que les filles n’ont pas le droit de se maquiller, de danser, de sortir avec des garçons, que ce sont des comportements inhumains? Ou a-t-il agi selon les idées que sa religion lui a inculquées, que les femmes doivent être asexuées, soumises à l’homme, etc.? Voilà: l’idéologie peut constituer un pousse-au-crime ou un tremplin vers le bonheur. Elle peut (comme dans le domaine sexuel) dresser des murs si hauts, si épais, si infranchissables, qu’ils font de nous des prisonniers, des aliénés. Chose certaine, si nous ne changeons pas l’idéologie, aucun problème ne peut être résolu.

Idéologue

Certaines idées peuvent-elles être dangereuses? Et comment! Nous n’avons qu’à penser à certaines idées religieuses (Dieu, âme), qui, dans un premier temps, peuvent être rassurantes, mais qui, à long terme, ne peuvent être que toxiques, ou à certaines idées du néolibéralisme (privatisation, précarisation des employés), pour nous en rendre compte. Quelle sera la tâche d’un idéologue, autrement dit, de tout être humain? Il devra étudier les idées… en les identifiant d’abord, puis, en se demandant: a)Cette idée est-elle vraie? b)Quelles en seront les conséquences?

La guérison: au cœur de la philosophie

Les idées sur lesquelles est bâtie la civilisation occidentale (patriarcat, tabous sur la sexualité, Idées absolues, etc.) sont suspectes… quand elles ne sont pas carrément toxiques… surtout quand nous sommes conscients que, sous les comportements, reposent les idées. La philo ne dit-elle pas devenir une pratique thérapeutique?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here