Travailler moins, une nécessité écologique

1
122113748_3355139044523331_6316814312961007221_o.png
travailler moins

Cet article fait partie d’un partenariat entre le Zone Campus et La Gazette de la Mauricie. Chaque mois, lisez l’article que nous partage La Gazette, et lisez sur le site web et dans la version papier en kiosque notre article dans leur journal! (Gagnant-gagnant, vous ne trouvez pas?)

Stéphanie Dufresne – Collaboration spéciale avec la Gazette de la Mauricie

Outre l’amélioration de la santé et du bien-être des travailleurs, la lutte contre le changement climatique est une autre raison pour laquelle nous devrions tous travailler moins.

Dans l’Antiquité, les Grecs considéraient le travail comme étant vulgaire, puisqu’il diminuait le temps disponible pour servir la communauté et cultiver les relations humaines. Ils étaient d’avis que le temps consacré au loisir était très productif, puisqu’il servait à réfléchir, à s’éduquer, à se développer et à se réaliser. Aujourd’hui, les rôles entre loisir et travail se sont inversés : le travail est devenu l’activité productive et le loisir n’a plus pour but que de nous permettre de récupérer des forces avant de nous remettre à l’ouvrage.

Les progrès technologiques qui ont accompagné l’industrialisation auraient normalement dû s’accompagner d’une diminution des heures de travail requises pour satisfaire les besoins essentiels. Ce qui se passe est pourtant tout le contraire : les besoins non essentiels se sont multipliés, avec comme résultat une production qui dépasse la capacité limite des écosystèmes et une population qui travaille encore autant et consomme plus que jamais.

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here