Va voir ailleurs (j’y suis) : Gros printemps – chronique mondaine

0
Publicité

Après une semaine de canicule, le beau temps se fait un peu désirer, mais la belle saison approche. Que demander de plus à Trois-Rivières? Tout va pour le mieux, mesdames les marquises. Bonsoir, ici, Roland Paillant, votre chroniqueur mondain, à l’affût des plus importantes anecdotes de nos illustres concitoyens, pour notre plus futile plaisir!

***

On sait que plusieurs utudiants sont en grève ces jours-ci. Je trouve vraiment que ce sont de gros bébés gâtés. Aucun sens de la réalité. S’ils connaîtraient la vraie valeur de l’éducation, les utudiants, ils l’investiraient ce p’tit 300 piasses-là de plus dans leur avenir. À la place, ça bloque des rues, ça chante des chansons que personne connaît, ça montre des pancartes. D’ailleurs, je comprends a-rien à leurs pancartes. Printemps érable, voulez me dire c’est quoi le rapport? Moi je dis : au bouleau les flâneux!

***

Je n’ai que des bons souvenirs de l’université. Cette session-là a changé ma vie. Les rencontres, les filles, les chums… D’ailleurs, c’est à l’université que j’ai compris que mon domaine d’étude ne mènerait à aucune job assurée. Imaginez! Pensez-vous que j’ai niaisé là longtemps? Non mais, quand tu l’sais qu’y’en a pas de jobs dans ton domaine, c’est quoi l’idée d’étudier? Envoye, paye, le cave, si tu veux rester là!

***

Des bons souvenirs, je disais. Je me souviens de l’Utrek, le bon vieux temps. Quelques bons profs aussi, y’en avait un ou deux qu’on croisait des fois, à l’Utrek. Je me souviens aussi, une fois, une gang, on avait discuté d’un sujet vraiment sérieux, d’la grosse politique, des affaires importantes. J’me souviens pas exactement de quoi on parlait, la musique était forte, mais ouf, ça discutait. J’ai eu des cours aussi dans le pavillon à côté de l’Utrek, je me souviens. En tout cas, je peux en témoigner : l’université, c’est enrichissant… à condition de pas tout dépenser à l’Utrek!

***

Bon, c’est pas tout, ça, la grève des utudiants. Il y a aussi plein de bon monde vaillant qui travaille fort, et quand on se croise au 5 à 7 en fin de journée, j’peux-tu vous dire qu’on a mérité not’ sangria! Qu’est-cé que vous voulez, y’en a qui marchent dans les rues, pis y’en a d’autres qui s’assoient et qui font ce qu’on leur dit de faire. C’est pas pendant une parade que le compte de Bell se paye!

***

Parlant de Bell, je pense changer de compagnie de téléphone cellulaire bientôt. C’est le maire Yves Lévesque qui m’a parlé de son forfait, l’autre soir au Carlito. (On en profite pour saluer la belle Manon qui a eu 40 ans la semaine passée, la vasectomie de son mari Sly a bien été, les enfants vont bien, le plus vieux a scoré 78 au golf l’été passé.)

Ça fait que mon Yves, toujours branché sur la technologie, m’a expliqué dans le creux de l’oreille que son cellulaire pouvait capter 7 autres lignes! Pour résumer, même si j’ai pas tout compris, notre bon maire a fait relier 7 autres cellulaires qu’il peut écouter en tout temps, sans frais. Il m’a confié que ça lui permettait de rester au courant de tout ce qui se passe dans 7 districts municipaux qu’il avait judicieusement ciblés. Sacré Yves, un vrai workaholic, tout pour la bonne gestion de notre ville!

***

Autre signe qu’il se passe des choses pas mal hot à Trois-Rivières : moins de 4 mois avant le retour du Grand Prix de Trois-Rivières! Je trépigne d’impatience de goûter à nouveau à tout ce bouillonnement culturel, les belles voitures, les belles feeeeemmes, les longues nuits…

Édition importante, cette année, avec un nouveau directeur en remplacement de mon chum Frank «Speedy» Bordeleau. J’ai eu l’occasion de rencontrer le nouvel élu, l’autre soir à l’Essentiel. De mémoire, je lui ai dit : «Doum, mon Doum, si tu veux que ton Grand Prix marche, lésine pas sur les passes médias pis les ti-coupons de boisson!», avec un clin d’œil entendu. Il m’a promis un fun noir!

***

Sa très charmante épouse Cyn l’accompagnait, superbe dans sa robe rouge, une confection exclusive de chez Smart Set. Pendant que Doum était occupé avec la facture, la discussion allait bon train entre nous deux, j’vous dit qu’on avait la mèche courte! Parlant de mèches, on a réalisé qu’on avait la même coiffeuse, Jass, célibataire, 38C, qui reste à Bécancour, elle a arrêté de fumer depuis 6 mois et connu une excellente pêche aux poissons des chenaux cet hiver.

***

Il ne reste plus qu’à se souhaiter du beau temps pour pouvoir se reposer de tout ça. Puis s’il fait un peu froid, on se réchauffe entre chummys! D’ailleurs, on se voit demain soir, c’est au tour de Jean-Marc de payer!

Bon printemps, même aux utudiants, ça va avoir l’air fin cet été à l’université, à devoir reprendre leurs cours. Et dire que l’Utrek est fermé.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici