Aigles de Trois-Rivières: Sortir le balai sur la surface synthétique du Stade Canac

0
92
 LUITR_Camp-de-recrutement.png
 Le lanceur, Garret Harris, a été le chef d’orchestre de la victoire, vendredi soir. Crédit: Jessyca Marchandé

C’est après avoir remporté leur série face aux puissants Boulders de Rockland que les Aigles (12-14) reprenaient la route, ce weekend, pour aller affronter les Capitales (8-16), au Stade Canac de Québec, lors d’une série de trois rencontres. L’équipe semblait avoir repris du galon après avoir enchaîné deux solides performances dans le nid trifluvien. C’était donc de bon augure pour la troupe de T.J Stanton qui visitait la décevante dernière équipe au classement.

Pour le premier des trois duels, vendredi soir, près de deux mille partisan.e.s s’étaient donné.e.s rendez-vous dans le mythique stade municipal. Chez les Oiseaux, le lanceur Garrett Harris (4-0,2.84), dominant depuis le début de la campagne, avait été désigné pour affronter le vétéran droitier Scott Richmond (2-2,5.01) sur le monticule.

Les gens qui s’étaient déplacés ne repartirent certainement pas déçus de ce premier duel. Dès les premiers instants du match, les lanceurs dictèrent son allure. La défensive serait à l’honneur. Rapidement, les manches défilaient à un rythme effréné. Après sept manches complètes de travail, Richmond fut le premier des deux lanceurs à se faire retirer de la butte, après n’avoir offert que quatre maigres coups sûrs et une performance plus qu’honnête. Chez les Aigles, en plein contrôle de ses moyens, Garrett Harris allongea sa soirée de travail jusqu’en fin de neuvième manche. Après les neuf manches régulières, le jeune artilleur des Aigles avait été des plus avares, ne concédant que quatre coups sûrs et cumulant pas moins de onze retraits sur des prises.

C’est donc avec un compte de 1 à 1 que la rencontre se dirigea vers les manches supplémentaires. Après s’être fait agréablement surpris par la performance de son partant, Stanton s’est tourné vers Cortland Cox (0-2,4.20) pour assurer les manches suivantes. Ce dernier en profitera d’ailleurs pour inscrire une première victoire à sa fiche, cette saison.

Malgré le règlement du coureur international au deuxième but, la dixième manche ne fit pas de maitre. Les spectateurs durent attendre en onzième avant d’être témoins d’un dénouement. C’est durant cette seconde manche supplémentaire qu’une erreur coûteuse du releveur des Capitales, Max Khunes (0-2,4.37), a permis aux Aigles d’ouvrir les valves et d’inscrire pas moins de six points. Au final, les visiteurs l’emportèrent 7 à 1 et signèrent ainsi leur douzième victoire de la saison.

L’impondérable météo

Si Garreth Harris avait été la vedette lors du premier match, vendredi, c’est Dame Nature qui s’assura d’être la tête d’affiche de la joute de samedi, de telle façon que le mauvais temps annula la rencontre. Les Aigles et les Capitales se disputeraient donc les deux derniers matchs de la série dimanche, lors d’un programme double écourté à sept manches plutôt qu’aux neuf habituelles.

Dimanche, deux victoires pour le prix d’une

Comme pour se venger de la température incertaine de la veille, la foule était nombreuse, au Stade Canac, en ce dimanche ensoleillé. Pour la première des deux rencontres d’hier, T.J Stanton avait confié le monticule à sa jeune recrue, Cam Lafleur (1-0,3.68). Ce dernier fit de l’excellent boulot n’accordant qu’un seul coup sûr aux Capitales en cinq manches complètes de travail. Par la suite, les releveurs Ferguson et Mundell remplirent tous deux le mandat confié par le gérant trifluvien en se séparant le travail, lors des deux dernières manches de la rencontre. Les Aigles parvinrent à blanchir les Capitales, lors de ce premier de deux duels, en l’emportant 2 à 0. Les deux points produits des Aigles furent le fruit de claques en solo de Taylor Brennan (son sixième de la campagne) et de Michael Suchy (son troisième). Au final, Lafleur fut crédité de sa toute première victoire au niveau professionnel.

La deuxième joute du programme double fut davantage d’ordre offensif. Kevin McNorton, des Aigles (3-3,5.01), faisait face au lanceur cubain, Vladimir Garcia, tout fraîchement atterrit en sol québécois, deux jours plus tôt. Les deux équipes parvinrent à sillonner davantage les sentiers sans toutefois croiser la plaque, lors des deux premières manches. Une troisième manche tumultueuse de Garcia ouvrit la porte aux visiteurs qui en profitèrent pour inscrire les trois premiers points de la rencontre. La présence de Garcia au monticule ne s’éternisa pas et il fut remplacé après trois manches et un tiers de travail par l’entraîneur des Capitales, Patrick Scalabrini. La quatrième manche fut tout aussi coûteuse pour les locaux. Les Aigles inscrivirent deux autres points pour prendre l’avance 5 à 0 après quatre manches. Les Capitales parvinrent finalement à inscrire deux points, mais ce fut peine perdue et les Trifluviens complétèrent le balayage avec une autre victoire, au compte de 5 à 2, cette fois.

En dehors du terrain

Ce weekend, à Québec, les Aigles (14-14) auront donc prouvé qu’ils semblent réellement résolus à grimper au classement. Avec ses trois gains face aux Capitales (8-19), les Oiseaux sont sur une envolée de cinq victoires consécutives et se disputent désormais la troisième place du classement avec les Jackals du New Jersey (14-13) et les Champions d’Ottawa (14-13). La course sera intéressante à suivre pour la suite, mais tout semble aller de mieux en mieux autour de l’équipe. Espérons que cela tiendra pour un bout. Profitant d’une journée de congé aujourd’hui, la troupe de T.J Stanton traversera la frontière pour aller disputer trois rencontres face aux champions en titre, les Miners de Sussex (17-9). Il s’agira d’un excellent test pour les Aigles.

Enfin, des dates précises pour les Antillais

Alors que l’organisation se faisait très avare quand venait le temps de parler d’une quelconque date pour l’arrivée des joueurs antillais, le directeur général René Martin a fait preuve de beaucoup de transparence dimanche, sur les réseaux sociaux, en mettant en lumière le processus actuel. « Les trois joueurs ont obtenu un visa biométrique qui leur sera valide dix ans. Selon le spécialiste avec qui j’ai pu communiquer, il devrait leur être émis en cinq jours ouvrables. Je me croise les doigts pour pouvoir réserver des vols d’ici la fin de la semaine » résume-t-il. Une autre nouvelle qui se prend bien, après toutes ces excellentes performances.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here