L’art de monter une mayonnaise et autres propos comestibles: Manger ses mots

0
933
 LUITR_Camp-de-recrutement.png

La course au magasinage du temps des Fêtes bat son plein. Les centres commerciaux et les épiceries sont pris d’assaut par les consommateurs qui se préparent à affronter les nombreuses soirées de réjouissances munis de vins, de tourtières et de cadeaux achetés à la dernière minute. Pendant ce temps, Joël Legendre et Mario Pelchat se battent sur les ondes radio pour savoir qui interprètera Noël blanc avec la voix la plus mielleuse. La question est sur toutes les lèvres: réussirons-nous à traverser la période des Fêtes en demeurant sains d’esprit?

Durant l’intervalle frénétique qui sépare les préparatifs et la célébration de Noël, les présents sommeillent bien sagement au pied de l’arbre. Parmi ceux-ci, plusieurs papiers d’emballage dissimulent un livre de recettes, cadeau passepartout à offrir à ses proches amateurs de cuisine. Dans ces guides pratiques au traitement visuel très food porn (le fait de mettre en valeur la nourriture par des photographies stylisées), si les recettes en elles-mêmes ne font pas saliver le ou la chef, quelque chose d’autre promet de le faire.

Le temps des Fêtes rime donc avec opulence et partage. Divers organismes communautaires profitent de cette période pour solliciter la générosité des citoyens en rappelant que le confort n’est pas commun à tous. Les dons amassés en denrées alimentaires ou en argent pendant ces campagnes d’entraide permettent ainsi à plusieurs d’améliorer leurs conditions de vie au cours de l’année. S’il est essentiel de nourrir le corps, il l’est tout autant de nourrir l’esprit. C’est pourquoi, lors de votre prochain passage en librairie pour acheter un livre de recettes à mettre sous le sapin, je vous invite à participer à un autre type de collecte de don, soit La lecture en cadeau.

Grâce à cette initiative de la Fondation pour l’alphabétisation, plus de 40 000 livres neufs sont distribués à des enfants issus de milieux défavorisés partout dans la province. Même si cela sonne un peu naïf et romantique, La lecture en cadeau offre bien plus qu’un livre (parfois le premier livre neuf qu’ils possèderont) aux enfants. Par la lecture, ceux-ci pourront prendre possession de leur langue et s’en servir pour imaginer et réfléchir. Il s’agit d’une façon de contrer le décrochage scolaire et l’analphabétisme en offrant aux jeunes lecteurs un contact positif avec la lecture. Parce que oui, parfois, il y a une part d’un enfant qui meurt de ne pas avoir assez de livres…

Pour les pragmatiques: 53% de la population ne détiennent pas les compétences nécessaires en lecture pour fonctionner en société. Plus précisément, 19 % sont analphabètes alors que les 34% qui restent peuvent être qualifiés d’analphabètes fonctionnels, c’est-à-dire des individus qui ne possèdent pas les capacités nécessaires pour comprendre les subtilités d’un texte, et ici je ne parle pas de textes littéraires, mais de choses plus concrètes comme les règlements liés à la location d’un appartement ou un formulaire médical.

Pour les pragmatiques: 53% de la population ne détiennent pas les compétences nécessaires en lecture pour fonctionner en société.

Le livre, créé ou lu, peut devenir un outil pour transmettre estime de soi, autonomie et débrouillardise. Ce sont ces habiletés que les jeunes de l’école des Mésanges de Joliette ont pu acquérir par la création d’un livre de recettes. Le projet charmant de ces élèves de niveau primaire, sous la direction de leur enseignante Geneviève Pelechaty, combine deux volets: l’initiation au milieu du livre par la réalisation des nombreuses étapes nécessaires à la production et à la diffusion d’un livre et l’apprentissage d’une saine alimentation par le biais de la cuisine et du jardinage.

C’est lors d’un bref passage au Salon du livre de Montréal en novembre dernier que j’ai eu l’occasion de me procurer les deux tomes de Bonheur et compagnie, publiés aux Éditions Mots en toile. Cette entreprise m’ayant été présentée avec éloquence, intérêt et fierté par une jeune fille qui supplanterait bien des étudiants universitaires lors de concours oratoires, je ne pouvais qu’être curieuse de découvrir le résultat de leur persévérance. Au final, il s’agit de deux bouquins bien documentés et aux recettes appétissantes. Une bonne illustration des bénéfices de la valorisation du livre et des apprentissages que l’ont peut en tirer.

Dans un tout autre ordre d’idées, le congé du temps des Fêtes libère du temps à l’horaire pour lire, mais aussi pour revoir certains classiques cinématographiques. Pour moi, ce sont les films basés sur la série de romans d’Harry Potter qui sont conviés dans mon salon. J’adore la gourmandise de Ron Weasley, les festins d’Hogwarts, les repas de Noël des Weasley sans oublier les bonbons ludiques de cet univers magique. C’est abondant, alléchant, coloré. Les célébrations de fin d’année font honneur à ces tables bien garnies, débordantes de victuailles.

Je ne vous rabâcherai pas les oreilles en vous parlant de gaspillage alimentaire ou de surconsommation qu’impliquent les festivités de Noël. Je vous réserve cela pour 2016. Je resterai plutôt dans le ton d’Harry Potter en vous invitant à profiter de ces moments privilégiés avec vos êtres chers. Joyeux temps des Fêtes!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here