Plein potentiel : Lâcher prise face à l’incontrôlable

0
Crédit photo : F. Lapointe

Lâcher-prise : nom masculin. Définition : Moyen de libération psychologique consistant à se détacher du désir de maîtrise.

J’aimerais commencer avec une anecdote personnelle. Il y a quelques jours, lors d’une fin de semaine avec des ami.e.s dans un chalet, j’ai eu un moment d’inattention et je suis entré dans un spa avec mon cellulaire dans mes poches… et j’y suis resté pendant une quinzaine de minutes avant de réaliser mon erreur. Ma réaction sur le coup a semblé surprendre ma copine. C’est avec le sourire que j’ai extrait le cellulaire de ma poche et que je lui ai montré l’erreur que je venais de commettre.

«Pourquoi tu ris ?» me demanda-t-elle, ne comprenant pas trop comment je pouvais être si zen devant ce fait accompli. Je lui répondu « Bien, qu’est-ce que tu veux que je fasse ? L’erreur est faite. » J’ai tenté de ressusciter le cellulaire en le plaçant sagement dans un bol de riz pendant plusieurs heures, mais sa baignade l’avait trop amoché.

Ma réaction était un bon exemple de lâcher-prise. Sur quoi avais-je du contrôle suite à cet événement ?

Ma réaction était un bon exemple de lâcher-prise. Sur quoi avais-je du contrôle suite à cet événement ? Tout d’abord, je pouvais choisir ma façon de réagir émotionnellement et mentalement. Je pouvais aussi décider de mes actions suivantes et de mon comportement. Il n’était pas possible pour moi de revenir en arrière.

C’est dans cette optique que j’ai décidé d’aller acheter du riz pour potentiellement sauver mon cellulaire de la mort dans les prochaines 48 heures et d’adopter une approche orientée sur les opportunités : il s’agissait d’une occasion pour moi de décrocher des réseaux sociaux et de toutes formes de technologies pendant les 2 jours qui allaient suivre. Pourquoi s’attarder sur d’autres choses ?

Sur quoi ai-je du contrôle ?

Qu’ont en commun une femme joyeuse et souriante lors d’un jour de pluie, un homme d’affaire qui reste zen malgré son vol retardé et un.e athlète qui demeure positif.ve malgré une vilaine blessure ? Ces individus acceptent les circonstances qui sont hors de leur contrôle. Ils choisissent de rester positif.ve.s malgré les imprévus et l’adversité.

Si vous travaillez à l’intérieur, vous pouvez vous dire qu’une journée pluvieuse est parfaite pour travailler puisque vous ne perdez pas une belle journée ensoleillée. Si votre emploi est à l’extérieur, vous pouvez vous concentrer sur le fait que vous êtes très chanceux d’avoir une maison et un toit pour vous protéger lorsque vous rentrerez le soir. Il y a toujours une façon d’orienter notre attention sur quelque chose de positif.

Lâcher prise ne signifie pas de ne jamais passer à l’action et d’accepter toutes les circonstances qui nous entourent. Ça ne signifie pas non plus de ne jamais planifier et d’accueillir les choses comme elles viennent. Il s’agit plutôt de se poser les bonnes questions et de se concentrer sur ce que nous contrôlons.

Dans le sport

Qu’en est-il du monde sportif ? Qu’est-ce que cela signifie de se concentrer sur ce que l’on contrôle ? Si vous faites un sport extérieur, cela signifie certainement de ne pas vous laisser déconcentrer par les conditions environnementales. La pluie, le vent, la neige et la température sont des éléments hors de votre contrôle. Certains diront peut-être qu’il est toujours possible d’aller s’entrainer dans un pays où le beau temps est présent presque en permanence. Je préfère te dire que des circonstances difficiles, tu en vivras, que tu le veuilles ou non. Apprends plutôt à les affronter et à te préparer à toutes éventualités.

N’est-il pas mieux de se préparer à courir dans des conditions difficiles ?

J’ai déjà travaillé avec un coureur qui me disait qu’il ne connaissait pas la température qu’il allait faire lors de son marathon, mais qu’il n’allait jamais courir dans des conditions difficiles. « Et s’il pleut ou vente fort lors de ta course ? » lui avais-je demandé. N’était-il pas mieux de se préparer à courir dans ces conditions ? Par le fait même, cela lui permettrait de diminuer son stress causé par ses éléments imprévus.

Les décisions des arbitres sont un autre aspect sur lequel les athlètes (et les entraineurs) n’ont généralement pas de contrôle. D’ailleurs, les entraineurs devraient vraiment apprendre à mieux gérer leurs réactions face aux décisions des officiels. Claude Julien, l’entraineur-chef du Canadiens de Montréal, s’est d’ailleurs fâché à plusieurs reprises contre les arbitres lors de la présente saison. Suite à une défaite, Claude a dit ressentir une certaine injustice et ce, même s’il a avoué que ses joueurs n’ont pas bien joué. Suite à une défaite contre les Flyers de Philadelphie, il a même dit que les pénalités étaient méritées, mais qu’il aurait aimé que son équipe ait l’occasion de se faire valoir en supériorité numérique aussi. Il s’agit d’un parfait exemple d’un individu qui se concentre trop sur ce qu’il ne contrôle pas. Si les pénalités étaient méritées, ne serait-il pas préférable qu’il aille discuter à ses joueurs de leur indiscipline ?

Je n’approuve pas cette façon de faire car elle déresponsabilise les athlètes. L’entraineur devrait plutôt faire en sorte que ses joueurs se concentrent sur leur façon de réagir face aux décisions des officiels, et ce, même lorsque les pénalités ne semblent pas méritées. Il doit s’assurer que les joueurs prennent leur responsabilité et que, lorsqu’ils doivent jouer à court d’un homme, qu’ils comprennent que c’est à eux de faire le travail et de faire en sorte que la pénalité ne soit pas trop couteuse.  

Si cela n’est ni utile, ni changeable, mieux vaut concentrer ses énergies ailleurs.

Il existe plusieurs autres conditions qui sont hors du contrôle des athlètes tel que la performance des autres joueurs (ou de l’autre équipe), le classement (qui change selon les performances des autres joueurs/équipes), les blessures (parfois), le jugement et l’opinion des fans à l’égard des athlètes et beaucoup d’autres. Au final, ce que les athlètes devraient se demander est : Est-ce que de me concentrer sur cet élément m’est utile ? Que puis-je faire pour changer ces circonstances ? Si cela n’est ni utile, ni changeable, mieux vaut concentrer ses énergies ailleurs.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here